Récit du trail de la vallée des lacs (66 km, 2900 m D+)

Modérateur: Equipe Comptes rendus

Récit du trail de la vallée des lacs (66 km, 2900 m D+)

Messagede Oli89 le Lun 18 Juin 2012 14:27

3 semaines après les 24h de Golbey et une semaine après mon premier trail, un trail de 30 km et 1000m de D+ très concluant, j’ai décidé de me lancer sur le Trail long de la Vallée des Lacs à Gerardmer, dans les Vosges (63 km prévus mais révision du parcours à 66 km pour 2900m de D+). Le seul objectif était de finir tout en gérant au mieux la course. Ayant été malade toute la semaine et hésité à annuler, cet objectif est devenu un objectif de survie… :siffle: Mine de rien, ce n'est que ma deuxième course ADDM hors circadie et ce serait surtout la première que je finirais...

J-1

Seeeaaa, zen and sun !
J’arrive à Gerardmer en fin d’après-midi la veille de la course dans une ambiance estivale : chaleur et grand soleil et déjà des paysages qui relèguent bien loin toutes les pensées et tous les soucis de la semaine. Petite balade au bord du lac où on se croirait près d’une mer en miniature avec ses voiliers, ses quelques nageurs et l’atmosphère « vacances » qui y règne, surtout quand on vient de Metz ou de Nancy.
Après une petite montée (en voiture !) vers le lieu du départ pour éviter de se perdre le lendemain (ce serait quand même dommage… et ce ne serait pas la première fois), c’est bientôt l’heure d’aller dormir, en priant que le soleil nous accompagne. Je m’endors dans ma chambre avec vue sur le lac. Que demander de mieux ?!...

JOUR J

… peut-être un état de forme à la hauteur du défi qu’il va falloir relever. Réveil à 2h30, impossible de fermer l’œil mais une fatigue énorme (après plusieurs jours de fièvre et de « mini grippe »).

Ce n’est donc pas forcément très confiant que je rejoins la ligne de départ.
A 7h, le coup d’envoi est donné, sur un terrain herbeux qui aura mis à peu près un quart de seconde à me tremper les pieds. Ça m’apprendra à prendre des chaussures de route en tissu sur un trail ! :boom: Pour l’instant le temps est frais et très gris. Idéal pour courir vite et bien, un peu moins pour admirer les paysages, ce qui était aussi mon objectif sur cette course.
Je pars plutôt prudemment. En fait je me sens tellement faible que c’est plus une nécessité qu’un choix… Les 15 premiers km sont assez roulants et la plupart du temps sur des chemins larges qui permettent de (se faire) doubler sans problème. Au niveau des jambes ça va sans problème. Au niveau du système digestif, ça coince déjà, alors même que je n’ai rien avalé. Ce n’est pas très bon signe… :boom: Deux pauses techniques améliorent un peu les choses mais n’annoncent rien de bon.

Au 15e km, une nouvelle course commence, avec une descente très technique, où ma cheville a failli me lâcher d’emblée… puis une montée en lacets sous les bois, avec un bon dénivelé. Dur et beau à la fois. Et c’est ainsi que j’arrive en forme moyenne, un peu requinqué par la montée (que je préfère aux descentes, du moins jusqu’à la mi-course) au premier ravito au km 22 en environ 2h40. J’ai consommé deux barres de céréales et un gel jusqu’à présent et il me reste l’équivalent dans mon sac à ce moment là. Sur cette course, j’avais pris le parti de me limiter à de l’eau et de la St Yorre en liquide.

Il pleut à ce moment là. Et je fais une énorme erreur niveau ravitos… je grignote à droite à gauche, mais sans plus. Je vais le payer cher. Je ne m’attendais pas à un parcours aussi dur par la suite et à devoir autant puiser dans mes réserves.
La pluie cesse très vite mais niveau parcours les choses se corsent. Passages très techniques, où je vais "plus vite" en montée qu’en descente.
La course se poursuit ainsi jusqu’au 30e km, où commencera la partie la plus difficile pour moi, peut-être aussi pour tout le monde, avec l’ascension jusqu’au plateau du Hohneck. Je n’ai plus de jus, je n’avance plus et je me sais que ça va encore se corser. Le prochain ravito est loin, je n’ai plus du tout de solide avec moi, ouch !

Mais le meilleur moment de la course intervient heureusement juste après, vers le 38e km. Quelques minutes avant d’arriver au sommet de la montée, le soleil fait son apparition. Et là, quand on sort de la forêt et qu’on arrive enfin sur du plat, c’est LA claque. Paysages sublimes, magnifiques, panoramas incroyables à 360° que je ne me suis pas gêné pour prendre en photo, quitte à finir hors délai, au rythme où je suis, c’est de toute façon parti pour. Il faut faire du 6 km de moyenne pour être dans les délais et je n’atteins cette vitesse ni dans les montées (trop raides), ni dans les descentes.
Les km suivants, on en prendra encore plein les yeux, avec un temps parfait, frais et ensoleillé. Je suis bien content de ne pas avoir été plus rapide parce qu’avec un temps moins dégagé, ce n’était pas le même monde.
Je m’accroche en me rappelant ma modeste expérience du 24h où je me suis toujours mis plus dans le rouge mais repartais à chaque fois. Un dernier effort et nous voici au 2e ravito, à 43 km. Et là, directement, je me jette comme un mort de faim sur une dizaine de morceaux de chocolats, autant de biscuits, autant de tranches de charcuterie. Je bois, je m’assois, me prends un café et reprends mes esprits. Les 24h m’auront appris qu’une pause est un investissement : les secondes passées à respirer sont des minutes gagnées pour la suite de la course. Mentalement ça va très bien. Je sais à présent que je finirai. Encore quelques montées plutôt violentes, quelques passages techniques avant de descendre sur le lac de Gerardmer pour le dernier ravito où je fais subir à mon système digestif le même traitement qu’au ravito précédent. Il accepte sans broncher. :siffle: Ça veut dire qu’il y avait un sacré déficit de calories…

L’après ravito est particulièrement violent. Montée ultra raide, glissante (surtout en chaussures de route). Après les montées de genoux, j’ai découvert les montées à genoux… 3 km vraiment très difficiles… Je m’autorise une pause de 2-3 minutes et repars en courant, presque jusqu’à l’arrivée, hormis une dernière montée, un peu le coup de grâce pour nous tous. Une dernière descente roulante vers l’arrivée où les images commencent à défiler dans la tête et où l’émotion commence à arriver elle aussi. On est au bout, au bout de nous-mêmes et de cette magnifique aventure.
Je passe la ligne en 9h42 (164 sur 360 inscrits). Un temps qui n’a guère de sens, avec un départ pris en étant déjà HS. Mais que de belles images et que de beaux souvenirs ! Je pense également avoir acquis pas mal d'expérience dans la gestion des moments dans le rouge et avoir pas mal appris à éviter de les transformer en véritable explosion, parce que là ça pouvait lâcher totalement du 5e au 56e...

J+1

J’ai encore des flashs de la course, des images qui reviennent, comme ça, sans prévenir. Souvenirs magiques pas près de disparaître. Je me sens presque mieux qu’avant la course. Malgré la fatigue, je n’ai pas fait de rechute niveau santé. Le corps humain fonctionne parfois bizarrement. :roll:
Musculairement, quelques courbatures un peu partout mais le contraire aurait été inquiétant… Maintenant c’est repos jusqu’aux 24h de Puttelange dans deux semaines où je ne courrai probablement que quelques heures pour que ce ne soit pas « la course de trop ».
Courir en décalé de A à Z à 360° https://www.amazon.fr/dp/197410169X/ref ... er+cabrera
Avatar de l'utilisateur
Oli89
Modérateur
 
Messages: 3325
Inscription: Sam 24 Sep 2011 19:02
Localisation: Metz

Re: Récit du trail de la vallée des lacs (66 km, 2900 m D+)

Messagede Hermagot le Lun 18 Juin 2012 15:02

:merci: Oli :pompom:
:super: :bravo:

Oli89 a écrit:Seeeaaa, zen and sun !

Ca me fait penser à un truc :mrgreen: ==> gare aux abus de zen la veille d'une course :chinois:
Une amie marathonienne, pourtant assez expérimentée sur la distance (2h54), m'avait confié avoir failli s'endormir pendant un marathon, du fait d'une trop bonne :quoi: prépa, la veille, en mode sophro :rigoler:

So...
See -zen&sun- U soon, boy :smack:
Magoo
VU D' la DUV, aFFAiré @ FFA, MàD @ ADdM, sans entraves @ Strava
Avatar de l'utilisateur
Hermagot
Diogène de Sinope
 
Messages: 9243
Inscription: Lun 18 Mai 2009 18:13
Localisation: Grand-Est

Re: Récit du trail de la vallée des lacs (66 km, 2900 m D+)

Messagede Didier le Lun 18 Juin 2012 15:38

Bravo pour ta deuxième expérience en trail.
Il n'est jamais très simple de courir sur des chemins quand on ne fait que de la route.
Les changements d'allures ne sont pas faciles à gérer pour nous, nous sommes habitués aux vitesses plutôt régulières.
Tu as eu beaucoup de courage pour aller jusqu'au bout.
Bonne chance pour ton prochain 24h.
Didier
 

Re: Récit du trail de la vallée des lacs (66 km, 2900 m D+)

Messagede Fabi le Lun 18 Juin 2012 16:53

Bravo Oli !
Il est vrai qu'en trail, la beauté des paysages suffit souvent à oublier les soucis de course !
Et, c'est vrai que c'est un beau coin, par là-bas.
:pompom: :pompom: :pompom:
Fabi
 
Messages: 2499
Inscription: Dim 2 Jan 2011 19:12
Localisation: 67
Sexe: Femme

Re: Récit du trail de la vallée des lacs (66 km, 2900 m D+)

Messagede petit Franck le Lun 18 Juin 2012 17:41

bonjour

bravo pour ton trail

j'etais au depart d'un 24 heures a lillebonne ce week end , je suis parti malade aussi j'avais tres mal au ventre c clair que c pas rassurant

bonne journee

franck derrien
Avatar de l'utilisateur
petit Franck
 
Messages: 9193
Inscription: Mar 6 Juil 2010 14:57
Localisation: Villard de Lans
Sexe: Homme
VMA: 27,0
IE: -12,00

Re: Récit du trail de la vallée des lacs (66 km, 2900 m D+)

Messagede fredu le Mar 19 Juin 2012 11:41

Bravo pour la gestion de ce long effort sur ce type de course et merci pour le récit.
Je viens également de poster le récit de mon 2ème trail, mais plus court, heureusement pour moi !

Bonne récup'
:hello:
Avatar de l'utilisateur
fredu
 
Messages: 451
Inscription: Dim 7 Aoû 2011 21:37
Localisation: Toulouse
Sexe: Homme
VMA: 17,0

Re: Récit du trail de la vallée des lacs (66 km, 2900 m D+)

Messagede Oli89 le Mar 19 Juin 2012 12:24

:merci: à tous!

Christophe, J-11 avant PaL, pour l'instant je descends les escaliers de profil. :rigoler: Jamais eu autant de courbatures depuis mon premier 24h.

Franck, j'espère qu'on se verra aussi Puttelange, j'ai vu que tu étais inscrit, mais tu as peut-être décidé entre temps de te lancer sur un 6 jours en Italie... En tout cas bonne récup' d'ici là. :wink:

Fifi, pas de doute, si j'avais dû faire un marathon ou plus sur route, je n'aurais pas été au bout. Sur les courses horaires, j'ai découvert à quel point les encouragements pouvaient permettre de se surpasser, là j'ai compris que le paysage pouvait aussi avoir cet effet. :super:

Didier, honnêtement je ne sais pas comment tu fais pour enchaîner les trails tous les weekends avec le volume d'entraînement que tu as par ailleurs. :hein: Au plaisir de faire ta connaissance lors d'une soirée ADDM. :wink:

Fredu, je m'en vais lire ton récit tout de suite. :wink:
Courir en décalé de A à Z à 360° https://www.amazon.fr/dp/197410169X/ref ... er+cabrera
Avatar de l'utilisateur
Oli89
Modérateur
 
Messages: 3325
Inscription: Sam 24 Sep 2011 19:02
Localisation: Metz

Re: Récit du trail de la vallée des lacs (66 km, 2900 m D+)

Messagede Hermagot le Mar 19 Juin 2012 13:32

Oli89 a écrit::merci: à tous!
Christophe, J-11 avant PaL, pour l'instant je descends les escaliers de profil. :rigoler: Jamais eu autant de courbatures depuis mon premier 24h.

Ne t'en fais pas... il y a quand-même (un peu) moins de dénivelé sur le circuit des 24h de PaL :siffle: :mrgreen:
:smack:
Magoo
VU D' la DUV, aFFAiré @ FFA, MàD @ ADdM, sans entraves @ Strava
Avatar de l'utilisateur
Hermagot
Diogène de Sinope
 
Messages: 9243
Inscription: Lun 18 Mai 2009 18:13
Localisation: Grand-Est


Retourner vers Ultra trail

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité