Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Modérateur: Equipe Comptes rendus

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede spikeb91 le Sam 25 Mai 2019 19:16

Merci Christian, pour ces jolis compliments qui me vont droit au cœur, sans détour ! :smack:
1 300,2 km en 2020 30e/41
Avatar de l'utilisateur
spikeb91
Modérateur
 
Messages: 4841
Inscription: Lun 1 Déc 2014 22:15
Localisation: Morsang sur Orge (91)
Sexe: Homme
VMA: 15,5
IE: -6,85

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede Tiasmar le Dim 26 Mai 2019 21:14

Bravo à Guillaume, et Manu.
c'est vraiment épatant ce que vous avez fait là.
Il y a des extraterrestres sur ce site, on s'habitue ... mais là c'est différent.

J'ai le sentiment que des gars normaux (pardon, ce n'est pas péjoratif du tout), avec des organismes qui fonctionnement normalement (un peu bruyant certes), des jambes normales etc (t'as compris l'argument) ont pu réussir un truc incroyable.

Sans minimiser la part de la prépa évidemment et vos qualités athlétiques, je me dis qu'il faut une détermination de dingue ((c) notre Président) pour ne pas abandonner et surtout une méchante rage du bitume pour s'accrocher comme vous l'avez fait dans ce finish à couper le souffle. Je me doutais bien que l'orga ne vous mettrait de toute façon pas HD mais pas que vous seriez dans les temps avec des papiers en règle. Ca semblait impossible.
Et pourtant !

c'est fou !
Au nom de tous les gars normaux je vous remercie et vous salue avec un respect sacrément mérité.

Bonne récup.

J'imagine (non je n'imagine pas d'ailleurs) que c'est long
et bonne dégustation
Mathias
Tiasmar
 
Messages: 180
Inscription: Mar 9 Sep 2008 16:07
Localisation: vanves

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede spikeb91 le Lun 27 Mai 2019 08:20

Merci, Mathias ! :merci:
1 300,2 km en 2020 30e/41
Avatar de l'utilisateur
spikeb91
Modérateur
 
Messages: 4841
Inscription: Lun 1 Déc 2014 22:15
Localisation: Morsang sur Orge (91)
Sexe: Homme
VMA: 15,5
IE: -6,85

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede manumds le Lun 27 Mai 2019 10:56

Merci Mathias.
On a rendu l'impossible possible et à titre personnel, cela me fait sortir de la spirale dans laquelle je mettais plongé et dont je ne me sortais pas.
Avatar de l'utilisateur
manumds
Modérateur
 
Messages: 9542
Inscription: Mar 25 Sep 2007 11:46

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede PIMASS le Lun 27 Mai 2019 12:17

Bravo Spike pour ce CR et cette course dantesque !

J'avais moi aussi cru à un DNF en suivant le live de mon coéquipier Daniel qui finit en 35 h...

Félicitations confraternelles :wink: :hips:

Et bien sur j'imagine qu'après la course ce qu'il fallait à Spike, c'est un lit :dodo: :dodo: :dodo:
Rien ne sert de partir à point, il vaut mieux courir...
PIMASS
 
Messages: 92
Inscription: Mar 7 Mar 2017 09:46
Localisation: Saint-Sulpice de Royan (17)
Sexe: Homme

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede spikeb91 le Lun 27 Mai 2019 12:21

Merci, cher confrère ! :wink: :merci:
1 300,2 km en 2020 30e/41
Avatar de l'utilisateur
spikeb91
Modérateur
 
Messages: 4841
Inscription: Lun 1 Déc 2014 22:15
Localisation: Morsang sur Orge (91)
Sexe: Homme
VMA: 15,5
IE: -6,85

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede Tonio le Lun 27 Mai 2019 14:03

PIMASS a écrit:Bravo Spike pour ce CR et cette course dantesque !

J'avais moi aussi cru à un DNF en suivant le live de mon coéquipier Daniel qui finit en 35 h...

Félicitations confraternelles :wink: :hips:

Et bien sur j'imagine qu'après la course ce qu'il fallait à Spike, c'est un lit :dodo: :dodo: :dodo:


Ah bah voilà, je ne suis pas le seul à avoir vu des DNF :exclamation: :siffle:
La victoire de la course sur soi-même !
Avatar de l'utilisateur
Tonio
Administrateur du site
 
Messages: 13312
Inscription: Jeu 11 Oct 2007 00:17
Localisation: Lorrain rural de Paris, là où il y a le labo anti-dope
Sexe: Homme
VMA: 8,0
IE: -4,10

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede manubuell le Lun 27 Mai 2019 20:20

Bravo je dirais même plus un grand bravo car vous n avez rien lâché!!!!
Ça donne envie
À bientôt
Manu :trinque:
Mars 2020 : semi marathon Paris
Avril 2020 : Ste maxime- Cavalaire
Juin 2020 : 180 km Ultra Marin Morbihan
Avatar de l'utilisateur
manubuell
 
Messages: 489
Inscription: Mer 8 Juil 2015 19:42
Localisation: la teste de buch
Sexe: Homme

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede sergio95 le Mer 29 Mai 2019 13:59

spikeb91 a écrit::hello: :hello:

Voici le cr de mon aventure en terre Ardéchoise.

Je vais tout rédiger à la troisième personne, pas que j'ai chopé le melon :nonnon: , mais cette course, nous l'avons faite à deux avec Manumds.

Les prémices

J'ai toujours pensé que ça n'était pas une course pour moi. Trop dure. Et d'ailleurs c'était clairement marqué dans le règlement (que j'avais lu par hasard) qu'il fallait justifier d'une course du même acabit, ce qui n'était pas mon cas. Jusqu'au jour où je suis tombé sur une discussion fb entre Anthony et Nico Barreau, qui parlaient de l'UA, et qui à ma connaissance n'avaient pas ce genre de références.
Ils m'ont un peu chauffé.
Et je suis faible :wink:
J'ai fini par appelé Lolo et envoyer mon bulletin, d'une main tremblante.

Ça n'est pas que je m'étais soudainement laissé poussé les couilles, juste que j'aurais eu trop de regrets en suivant les copains sur mon ordi comme je venais de le faire quelques jours plus tôt avec le Spartathlon (oui, je me suis inscrit tôt :mrgreen: )
Comme quoi, on n'est pas obligé de parler du Spartathlon dans un cr de l'UA, mais ça peut arriver.

Rendez vous est donc pris en Ardèche pour le joli moi de mai...


L'entrainement

La théorie c'était ça:
Augmenter progressivement le volume jusqu'à pouvoir faire des semaines de plus de 100 pour le mois d'avril.
Bouffer des côtes.
Répartir ça en phases conclues par des objectifs intermédiaires.
1) phase de vitesse ( :rigoler: ) ---> 6h de Lisses (ça sera finalement 6h en off à Palaiseau, Cloclo :smack: )
2) travail de marche ---> Paris Mantes (l'idée m'avait été soufflée par un certain Manumds, un soir de débauche parisienne)
3) phase de force avec muscu toussa toussa et côtes ---> Ecotrail (tiens, avec Manumds :mrgreen: )
4) phase spécifique axé sur la vs ---> reco de l'U2B ( 64km 2200 D+)
5) récup

J'ai à peu près respecté ces 4 phases sauf que je n'ai vraiment pas beaucoup fait de muscu :siffle:

L'avant course

Manu et moi avons opté pour le train, moins de fatigue. Nous devons nous retrouver dans le même "carré" de tgv, mais au final, c'est dans le wagon bar que nous nous donnons du courage quelques idées de progression et notamment le fait de faire au moins une vraie pause au 117ème si nous arrivons avec assez d'avance. Je me souviens que ça m'avait bien réussi au 24h de Champigneulles et j'essaye de convaincre Manu. Comme on n'a pas le droit à la bière, on boit du café, peut-être un peu trop mais il me faut vraiment évacuer tout ce stress.
Question drop bags, ça sera vêtements chauds au 72, frontale au 95 et vêtements secs et frais au 186.
Arrivée à Alboussière, nous sommes accueillis par Laurent et invités à déposer nos fameux drop bags dans les caisses adéquates (comme Sheila).
Je vais monter ma tente sous une pluie fine, je suis déjà mouillé et j'ai déjà froid.
Du coup, petite nuit. Seul le café du matin me réchauffera un peu.


La course

Lolo avait prévenu, départ à 6h tapantes !
L'allure est tranquille, ça discute pas mal et les kilomètres défilent rapidement jusqu'au premier objectif, la barrière horaire du kilomètre 56, atteinte avec 1h15 d'avance. La première grosse bosse va arriver avec le col de l'Ardéchoise. On monte doucement mais sûrement en alternant marche et course. Ça grimpe mais ça n'est pas équivalent à ce qu'on a fait trois semaines avant dans les Vosges. C'est donc plutôt frais que nous arrivons au R7 où nous attend de quoi se sécher et se couvrir un peu plus.
Là, j'ai la désagréable surprise de trouver Nico Barreau, assis, vapote à la bouche et bière à la main. Je le remotive comme je peux mais c'est sans lui que nous repartons à l'assaut du fameux Gerbier !
La grimpette se fait bien encore une fois et sans souci jusqu'au Gerbier.
Nous y retrouvons Steph Dessartine qui a décidé d'arrêter, et JB qui a l'air en forme. Il me rassure (j'en ai besoin) sur notre progression et me dit qu'on devrait arriver avec deux heures d'avance à BH2 (Km 117). Ainsi soit-il, nous continuons notre chemin en laissant là Nico, qui nous avait repris quelques temps plus tôt, mais en y laissant un peu trop de jus.
Plus que 9 km avant le R10 où nous attendent nos deuxièmes drop bags dans lesquels se trouve ma frontale. On y arrive avant la nuit, ouf !!!
Il faut maintenant se goinfrer les 18 km de descente vers St Pierre, le fameux toboggan Ardéchois qui va faire tant de dégâts. Si nous l'avons bien encaissé par rapport à certains qui y ont laissé des plumes (ou des quadris :smack: ), c'est quand même là que nous avons commencé à trouver les kilomètres de plus en plus longs, et l'arrivée à BH2 ne se fera qu'avec 1h40 d'avance. Je mange une bonne purée en compagnie de David Antoine, il a tout filmé le coquin. On y retrouve Anthony qui se remet doucement d'un malaise au ravito précédent.Il m'annonce le DNF de Magoo :pleurer: . Je lui dit que nous allons faire une micro sieste (20') et il se décide à repartir avec nous. Impossible de dormir, mais je sais que ces pauses font du bien pour l'avoir expérimenté à Champipi, sur les conseils de Vieux Lion.

C'est donc à trois que nous repartons à la conquête de la deuxième moitié du parcours (enfin un peu moins, mais finalement un peu plus, enfin je me comprends...). Et ça monte. et ça descend aussi, mais quand ça descend t'as envie que ça remonte et inversement. La pause nous a fait du bien, mais pas très longtemps. Plus que le parcours, c'est la fatigue qui va se montrer impitoyable. Anthony a abandonné, je ne sais pas dire quand. Sa femme qui l'assiste nous a même proposé de nous attendre au ravito suivant, juste au cas où on bacherait. Invitation polie mais qui aurait pu nous achever, nous déclinons tout aussi poliment. Pendant les 3/4 heures du cœur de la nuit, nous allons progresser à une vitesse extrêmement faible. Peut-être 4 Km/h, et encore. Mentalement c'est très dur. Surtout que nous avons le gros coup de mou tous les deux en même temps et qu'à ce moment là il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. La seul pensée qui me fait tenir à ce moment là, c'est que je n'ai pas le droit d'abandonner Manu. Mais...

Il fait nuit.
Il pleut depuis des heures.
Je suis trempé.
Je grelotte.
Nous zigzaguons dangereusement sur la route.
J'ai des hallucinations, et Manu aussi.
Tout espoir de terminer m'a quitté.
C'est cuit.

C'est cet état mental qui me fera dire à Manu une phrase avec laquelle il n'est pas prêt d'arrêter de me chambrer : "Quand on n'a pas le niveau on ne s'inscrit pas sur ce genre de course !"


Et le tournant de la course, c'est maintenant !

Quatre concurrents arrivent de l'arrière, ils ne vont pas vite mais nous avons l'impression qu'il fondent sur nous.Quand ils nous passent, Manu me dit : "On ne va pas rendre les armes comme ça ? On va faire un baroud d'honneur et on verra bien ! "
Chiche !
Merci Manu, ta détermination sans faille a fait basculer notre course du bon côté ! :merci: :maitre:


Le jour se lève.
La pluie s'est arrêté pour quelques instants.
Nous reprenons les quatre coureurs.
Nous arrivons à remarcher normalement et même à courir un peu, puis de plus en plus.

C'est là que la machine à calculer se remet en route dans ma caboche rassérénée !

BH3 Km 165 Dead Line 8h30
Ça peut passer !
Nous retrouvons Mimi Chevillon qui nous avait fait faux bon depuis longtemps. Je connais sa réputation de serial finisheuse, elle ne bâche jamais ! Si on est avec elle c'est que ça peut le faire !
On cravache pour refaire notre retard de la nuit, et on arrive finalement à BH3 à 8h21... On en repartira à 8h26.
Isa nous dit qu'après, il n'y a qu'à dérouler. Ça met du baume au cœur mais c'est pas vrai ! :langue:

Ça monte, et ça monte raide. Mais le mental est revenu, et les jambes aussi, hors de question de lâcher quoique ce soit. Le plan c'est d'optimiser tous les ravitos, voire de zapper celui qui arrive pour pouvoir prendre un peu de temps pour se changer à celui d'après. Bon, c'était sans compter sur l'accueil chaleureux des bénévoles qui nous cajolent un peu trop pour l'occasion. On y passera 20 minutes :cartonJ:
R19, le tant attendu R19 où nous avons des habits secs (et oui, comme des cons nous n'avions aucun drop bags entre le 95 et le 165 :boom: ) ! On se change le plus vite possible et on repart. Au taquet. De toutes façons on n'a pas le choix.
Le tronçon le plus dur sera Chalencon-Chateauneuf 12.8 km à parcourir en 2h00 et c'est pas plat du tout !
Arrivé là haut, on me dit que j'ai un problème de balise, je suis annoncé dnf. Du coup je comprends mieux pourquoi mon téléphone n'arrête pas de sonner. Pas grave, il faut enchainer. Surtout qu'on a perdu du temps sur ce tronçon et que mes estimations me disent plutôt 19h30 que 19h00 au camping.
On déclenche l'opération coup de poing, Cyrano 4'/1'. Dès que ça descend ou que c'est plat, on court.
Dernier tronçon 9,5 Km, c'est fou mais ça va passer !
On a tellement peur de ne pas rentrer que je vais motiver manu à accélérer jusqu'au bout du bout.
Enfin la descente vers le camping, on voit l'arche au loin, les copains sont autour de nous, c'est l'ivresse des derniers hectomètres.
On se prend la main et on franchit l'arche comme dans un rêve !
L'accueil est exceptionnel ! Hors norme ! Tout le monde est là et nous applaudit !
C'est magique !
Les larmes montent et je ne fais rien pour les retenir, c'est tellement beau ! Quelle grande famille d'ultra !

Je n'oublierai jamais ces moments en ta compagnie, Manu :smack:

Une bière (Merci Oliver), une douche, le repas et la remise des prix, je vais vivre tout ça dans un état second et j'ai encore des hallucinations en rentrant avec Christophe vers le camping...

Je vais mettre quelques jours à m'en remettre, surtout la grosse ampoule sous le pied droit qu'Isa a même photographiée au 186.


Merci à tout ceux qui nous ont encouragé, sur le parcours ou à distance, merci à Lolo et Isa pour leur magnifique et terrible épreuve, aux bénévoles sans qui rien n'est possible.

Bien sûr merci à ma femme et mes enfants qui supportent (comprennent ?) mes délires. :love:

:hello:


Encore toutes mes félicitations Guillaume avec Manu vous avez fait une course de rêve :maitre: :maitre: :maitre: :maitre:
Avatar de l'utilisateur
sergio95
 
Messages: 316
Inscription: Sam 12 Jan 2013 16:26
Localisation: 95590
Sexe: Homme

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede jbj le Mer 29 Mai 2019 16:25

sergio95 a écrit:
spikeb91 a écrit::hello: :hello:

Voici le cr de mon aventure en terre Ardéchoise.

Je vais tout rédiger à la troisième personne, pas que j'ai chopé le melon :nonnon: , mais cette course, nous l'avons faite à deux avec Manumds.

Les prémices

J'ai toujours pensé que ça n'était pas une course pour moi. Trop dure. Et d'ailleurs c'était clairement marqué dans le règlement (que j'avais lu par hasard) qu'il fallait justifier d'une course du même acabit, ce qui n'était pas mon cas. Jusqu'au jour où je suis tombé sur une discussion fb entre Anthony et Nico Barreau, qui parlaient de l'UA, et qui à ma connaissance n'avaient pas ce genre de références.
Ils m'ont un peu chauffé.
Et je suis faible :wink:
J'ai fini par appelé Lolo et envoyer mon bulletin, d'une main tremblante.

Ça n'est pas que je m'étais soudainement laissé poussé les couilles, juste que j'aurais eu trop de regrets en suivant les copains sur mon ordi comme je venais de le faire quelques jours plus tôt avec le Spartathlon (oui, je me suis inscrit tôt :mrgreen: )
Comme quoi, on n'est pas obligé de parler du Spartathlon dans un cr de l'UA, mais ça peut arriver.

Rendez vous est donc pris en Ardèche pour le joli moi de mai...


L'entrainement

La théorie c'était ça:
Augmenter progressivement le volume jusqu'à pouvoir faire des semaines de plus de 100 pour le mois d'avril.
Bouffer des côtes.
Répartir ça en phases conclues par des objectifs intermédiaires.
1) phase de vitesse ( :rigoler: ) ---> 6h de Lisses (ça sera finalement 6h en off à Palaiseau, Cloclo :smack: )
2) travail de marche ---> Paris Mantes (l'idée m'avait été soufflée par un certain Manumds, un soir de débauche parisienne)
3) phase de force avec muscu toussa toussa et côtes ---> Ecotrail (tiens, avec Manumds :mrgreen: )
4) phase spécifique axé sur la vs ---> reco de l'U2B ( 64km 2200 D+)
5) récup

J'ai à peu près respecté ces 4 phases sauf que je n'ai vraiment pas beaucoup fait de muscu :siffle:

L'avant course

Manu et moi avons opté pour le train, moins de fatigue. Nous devons nous retrouver dans le même "carré" de tgv, mais au final, c'est dans le wagon bar que nous nous donnons du courage quelques idées de progression et notamment le fait de faire au moins une vraie pause au 117ème si nous arrivons avec assez d'avance. Je me souviens que ça m'avait bien réussi au 24h de Champigneulles et j'essaye de convaincre Manu. Comme on n'a pas le droit à la bière, on boit du café, peut-être un peu trop mais il me faut vraiment évacuer tout ce stress.
Question drop bags, ça sera vêtements chauds au 72, frontale au 95 et vêtements secs et frais au 186.
Arrivée à Alboussière, nous sommes accueillis par Laurent et invités à déposer nos fameux drop bags dans les caisses adéquates (comme Sheila).
Je vais monter ma tente sous une pluie fine, je suis déjà mouillé et j'ai déjà froid.
Du coup, petite nuit. Seul le café du matin me réchauffera un peu.


La course

Lolo avait prévenu, départ à 6h tapantes !
L'allure est tranquille, ça discute pas mal et les kilomètres défilent rapidement jusqu'au premier objectif, la barrière horaire du kilomètre 56, atteinte avec 1h15 d'avance. La première grosse bosse va arriver avec le col de l'Ardéchoise. On monte doucement mais sûrement en alternant marche et course. Ça grimpe mais ça n'est pas équivalent à ce qu'on a fait trois semaines avant dans les Vosges. C'est donc plutôt frais que nous arrivons au R7 où nous attend de quoi se sécher et se couvrir un peu plus.
Là, j'ai la désagréable surprise de trouver Nico Barreau, assis, vapote à la bouche et bière à la main. Je le remotive comme je peux mais c'est sans lui que nous repartons à l'assaut du fameux Gerbier !
La grimpette se fait bien encore une fois et sans souci jusqu'au Gerbier.
Nous y retrouvons Steph Dessartine qui a décidé d'arrêter, et JB qui a l'air en forme. Il me rassure (j'en ai besoin) sur notre progression et me dit qu'on devrait arriver avec deux heures d'avance à BH2 (Km 117). Ainsi soit-il, nous continuons notre chemin en laissant là Nico, qui nous avait repris quelques temps plus tôt, mais en y laissant un peu trop de jus.
Plus que 9 km avant le R10 où nous attendent nos deuxièmes drop bags dans lesquels se trouve ma frontale. On y arrive avant la nuit, ouf !!!
Il faut maintenant se goinfrer les 18 km de descente vers St Pierre, le fameux toboggan Ardéchois qui va faire tant de dégâts. Si nous l'avons bien encaissé par rapport à certains qui y ont laissé des plumes (ou des quadris :smack: ), c'est quand même là que nous avons commencé à trouver les kilomètres de plus en plus longs, et l'arrivée à BH2 ne se fera qu'avec 1h40 d'avance. Je mange une bonne purée en compagnie de David Antoine, il a tout filmé le coquin. On y retrouve Anthony qui se remet doucement d'un malaise au ravito précédent.Il m'annonce le DNF de Magoo :pleurer: . Je lui dit que nous allons faire une micro sieste (20') et il se décide à repartir avec nous. Impossible de dormir, mais je sais que ces pauses font du bien pour l'avoir expérimenté à Champipi, sur les conseils de Vieux Lion.

C'est donc à trois que nous repartons à la conquête de la deuxième moitié du parcours (enfin un peu moins, mais finalement un peu plus, enfin je me comprends...). Et ça monte. et ça descend aussi, mais quand ça descend t'as envie que ça remonte et inversement. La pause nous a fait du bien, mais pas très longtemps. Plus que le parcours, c'est la fatigue qui va se montrer impitoyable. Anthony a abandonné, je ne sais pas dire quand. Sa femme qui l'assiste nous a même proposé de nous attendre au ravito suivant, juste au cas où on bacherait. Invitation polie mais qui aurait pu nous achever, nous déclinons tout aussi poliment. Pendant les 3/4 heures du cœur de la nuit, nous allons progresser à une vitesse extrêmement faible. Peut-être 4 Km/h, et encore. Mentalement c'est très dur. Surtout que nous avons le gros coup de mou tous les deux en même temps et qu'à ce moment là il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. La seul pensée qui me fait tenir à ce moment là, c'est que je n'ai pas le droit d'abandonner Manu. Mais...

Il fait nuit.
Il pleut depuis des heures.
Je suis trempé.
Je grelotte.
Nous zigzaguons dangereusement sur la route.
J'ai des hallucinations, et Manu aussi.
Tout espoir de terminer m'a quitté.
C'est cuit.

C'est cet état mental qui me fera dire à Manu une phrase avec laquelle il n'est pas prêt d'arrêter de me chambrer : "Quand on n'a pas le niveau on ne s'inscrit pas sur ce genre de course !"


Et le tournant de la course, c'est maintenant !

Quatre concurrents arrivent de l'arrière, ils ne vont pas vite mais nous avons l'impression qu'il fondent sur nous.Quand ils nous passent, Manu me dit : "On ne va pas rendre les armes comme ça ? On va faire un baroud d'honneur et on verra bien ! "
Chiche !
Merci Manu, ta détermination sans faille a fait basculer notre course du bon côté ! :merci: :maitre:


Le jour se lève.
La pluie s'est arrêté pour quelques instants.
Nous reprenons les quatre coureurs.
Nous arrivons à remarcher normalement et même à courir un peu, puis de plus en plus.

C'est là que la machine à calculer se remet en route dans ma caboche rassérénée !

BH3 Km 165 Dead Line 8h30
Ça peut passer !
Nous retrouvons Mimi Chevillon qui nous avait fait faux bon depuis longtemps. Je connais sa réputation de serial finisheuse, elle ne bâche jamais ! Si on est avec elle c'est que ça peut le faire !
On cravache pour refaire notre retard de la nuit, et on arrive finalement à BH3 à 8h21... On en repartira à 8h26.
Isa nous dit qu'après, il n'y a qu'à dérouler. Ça met du baume au cœur mais c'est pas vrai ! :langue:

Ça monte, et ça monte raide. Mais le mental est revenu, et les jambes aussi, hors de question de lâcher quoique ce soit. Le plan c'est d'optimiser tous les ravitos, voire de zapper celui qui arrive pour pouvoir prendre un peu de temps pour se changer à celui d'après. Bon, c'était sans compter sur l'accueil chaleureux des bénévoles qui nous cajolent un peu trop pour l'occasion. On y passera 20 minutes :cartonJ:
R19, le tant attendu R19 où nous avons des habits secs (et oui, comme des cons nous n'avions aucun drop bags entre le 95 et le 165 :boom: ) ! On se change le plus vite possible et on repart. Au taquet. De toutes façons on n'a pas le choix.
Le tronçon le plus dur sera Chalencon-Chateauneuf 12.8 km à parcourir en 2h00 et c'est pas plat du tout !
Arrivé là haut, on me dit que j'ai un problème de balise, je suis annoncé dnf. Du coup je comprends mieux pourquoi mon téléphone n'arrête pas de sonner. Pas grave, il faut enchainer. Surtout qu'on a perdu du temps sur ce tronçon et que mes estimations me disent plutôt 19h30 que 19h00 au camping.
On déclenche l'opération coup de poing, Cyrano 4'/1'. Dès que ça descend ou que c'est plat, on court.
Dernier tronçon 9,5 Km, c'est fou mais ça va passer !
On a tellement peur de ne pas rentrer que je vais motiver manu à accélérer jusqu'au bout du bout.
Enfin la descente vers le camping, on voit l'arche au loin, les copains sont autour de nous, c'est l'ivresse des derniers hectomètres.
On se prend la main et on franchit l'arche comme dans un rêve !
L'accueil est exceptionnel ! Hors norme ! Tout le monde est là et nous applaudit !
C'est magique !
Les larmes montent et je ne fais rien pour les retenir, c'est tellement beau ! Quelle grande famille d'ultra !

Je n'oublierai jamais ces moments en ta compagnie, Manu :smack:

Une bière (Merci Oliver), une douche, le repas et la remise des prix, je vais vivre tout ça dans un état second et j'ai encore des hallucinations en rentrant avec Christophe vers le camping...

Je vais mettre quelques jours à m'en remettre, surtout la grosse ampoule sous le pied droit qu'Isa a même photographiée au 186.


Merci à tout ceux qui nous ont encouragé, sur le parcours ou à distance, merci à Lolo et Isa pour leur magnifique et terrible épreuve, aux bénévoles sans qui rien n'est possible.

Bien sûr merci à ma femme et mes enfants qui supportent (comprennent ?) mes délires. :love:

:hello:


Encore toutes mes félicitations Guillaume avec Manu vous avez fait une course de rêve :maitre: :maitre: :maitre: :maitre:
C'est vrai.
- - -
jbj∑∑δ€中αß!&ʘ~ (Ich bin ein MiL'Killer) profil DUV / FFA
Zob d'Or 2010-2012-2013, Zob de Bronze 2014, Zob de Chocolat 2011-2015
Avatar de l'utilisateur
jbj
 
Messages: 10707
Inscription: Mer 14 Nov 2007 21:18
Localisation: 29

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede grelots le Mer 29 Mai 2019 17:00

jbj a écrit:
sergio95 a écrit:
spikeb91 a écrit::hello: :hello:

Voici le cr de mon aventure en terre Ardéchoise.

Je vais tout rédiger à la troisième personne, pas que j'ai chopé le melon :nonnon: , mais cette course, nous l'avons faite à deux avec Manumds.

Les prémices

J'ai toujours pensé que ça n'était pas une course pour moi. Trop dure. Et d'ailleurs c'était clairement marqué dans le règlement (que j'avais lu par hasard) qu'il fallait justifier d'une course du même acabit, ce qui n'était pas mon cas. Jusqu'au jour où je suis tombé sur une discussion fb entre Anthony et Nico Barreau, qui parlaient de l'UA, et qui à ma connaissance n'avaient pas ce genre de références.
Ils m'ont un peu chauffé.
Et je suis faible :wink:
J'ai fini par appelé Lolo et envoyer mon bulletin, d'une main tremblante.

Ça n'est pas que je m'étais soudainement laissé poussé les couilles, juste que j'aurais eu trop de regrets en suivant les copains sur mon ordi comme je venais de le faire quelques jours plus tôt avec le Spartathlon (oui, je me suis inscrit tôt :mrgreen: )
Comme quoi, on n'est pas obligé de parler du Spartathlon dans un cr de l'UA, mais ça peut arriver.

Rendez vous est donc pris en Ardèche pour le joli moi de mai...


L'entrainement

La théorie c'était ça:
Augmenter progressivement le volume jusqu'à pouvoir faire des semaines de plus de 100 pour le mois d'avril.
Bouffer des côtes.
Répartir ça en phases conclues par des objectifs intermédiaires.
1) phase de vitesse ( :rigoler: ) ---> 6h de Lisses (ça sera finalement 6h en off à Palaiseau, Cloclo :smack: )
2) travail de marche ---> Paris Mantes (l'idée m'avait été soufflée par un certain Manumds, un soir de débauche parisienne)
3) phase de force avec muscu toussa toussa et côtes ---> Ecotrail (tiens, avec Manumds :mrgreen: )
4) phase spécifique axé sur la vs ---> reco de l'U2B ( 64km 2200 D+)
5) récup

J'ai à peu près respecté ces 4 phases sauf que je n'ai vraiment pas beaucoup fait de muscu :siffle:

L'avant course

Manu et moi avons opté pour le train, moins de fatigue. Nous devons nous retrouver dans le même "carré" de tgv, mais au final, c'est dans le wagon bar que nous nous donnons du courage quelques idées de progression et notamment le fait de faire au moins une vraie pause au 117ème si nous arrivons avec assez d'avance. Je me souviens que ça m'avait bien réussi au 24h de Champigneulles et j'essaye de convaincre Manu. Comme on n'a pas le droit à la bière, on boit du café, peut-être un peu trop mais il me faut vraiment évacuer tout ce stress.
Question drop bags, ça sera vêtements chauds au 72, frontale au 95 et vêtements secs et frais au 186.
Arrivée à Alboussière, nous sommes accueillis par Laurent et invités à déposer nos fameux drop bags dans les caisses adéquates (comme Sheila).
Je vais monter ma tente sous une pluie fine, je suis déjà mouillé et j'ai déjà froid.
Du coup, petite nuit. Seul le café du matin me réchauffera un peu.


La course

Lolo avait prévenu, départ à 6h tapantes !
L'allure est tranquille, ça discute pas mal et les kilomètres défilent rapidement jusqu'au premier objectif, la barrière horaire du kilomètre 56, atteinte avec 1h15 d'avance. La première grosse bosse va arriver avec le col de l'Ardéchoise. On monte doucement mais sûrement en alternant marche et course. Ça grimpe mais ça n'est pas équivalent à ce qu'on a fait trois semaines avant dans les Vosges. C'est donc plutôt frais que nous arrivons au R7 où nous attend de quoi se sécher et se couvrir un peu plus.
Là, j'ai la désagréable surprise de trouver Nico Barreau, assis, vapote à la bouche et bière à la main. Je le remotive comme je peux mais c'est sans lui que nous repartons à l'assaut du fameux Gerbier !
La grimpette se fait bien encore une fois et sans souci jusqu'au Gerbier.
Nous y retrouvons Steph Dessartine qui a décidé d'arrêter, et JB qui a l'air en forme. Il me rassure (j'en ai besoin) sur notre progression et me dit qu'on devrait arriver avec deux heures d'avance à BH2 (Km 117). Ainsi soit-il, nous continuons notre chemin en laissant là Nico, qui nous avait repris quelques temps plus tôt, mais en y laissant un peu trop de jus.
Plus que 9 km avant le R10 où nous attendent nos deuxièmes drop bags dans lesquels se trouve ma frontale. On y arrive avant la nuit, ouf !!!
Il faut maintenant se goinfrer les 18 km de descente vers St Pierre, le fameux toboggan Ardéchois qui va faire tant de dégâts. Si nous l'avons bien encaissé par rapport à certains qui y ont laissé des plumes (ou des quadris :smack: ), c'est quand même là que nous avons commencé à trouver les kilomètres de plus en plus longs, et l'arrivée à BH2 ne se fera qu'avec 1h40 d'avance. Je mange une bonne purée en compagnie de David Antoine, il a tout filmé le coquin. On y retrouve Anthony qui se remet doucement d'un malaise au ravito précédent.Il m'annonce le DNF de Magoo :pleurer: . Je lui dit que nous allons faire une micro sieste (20') et il se décide à repartir avec nous. Impossible de dormir, mais je sais que ces pauses font du bien pour l'avoir expérimenté à Champipi, sur les conseils de Vieux Lion.

C'est donc à trois que nous repartons à la conquête de la deuxième moitié du parcours (enfin un peu moins, mais finalement un peu plus, enfin je me comprends...). Et ça monte. et ça descend aussi, mais quand ça descend t'as envie que ça remonte et inversement. La pause nous a fait du bien, mais pas très longtemps. Plus que le parcours, c'est la fatigue qui va se montrer impitoyable. Anthony a abandonné, je ne sais pas dire quand. Sa femme qui l'assiste nous a même proposé de nous attendre au ravito suivant, juste au cas où on bacherait. Invitation polie mais qui aurait pu nous achever, nous déclinons tout aussi poliment. Pendant les 3/4 heures du cœur de la nuit, nous allons progresser à une vitesse extrêmement faible. Peut-être 4 Km/h, et encore. Mentalement c'est très dur. Surtout que nous avons le gros coup de mou tous les deux en même temps et qu'à ce moment là il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. La seul pensée qui me fait tenir à ce moment là, c'est que je n'ai pas le droit d'abandonner Manu. Mais...

Il fait nuit.
Il pleut depuis des heures.
Je suis trempé.
Je grelotte.
Nous zigzaguons dangereusement sur la route.
J'ai des hallucinations, et Manu aussi.
Tout espoir de terminer m'a quitté.
C'est cuit.

C'est cet état mental qui me fera dire à Manu une phrase avec laquelle il n'est pas prêt d'arrêter de me chambrer : "Quand on n'a pas le niveau on ne s'inscrit pas sur ce genre de course !"


Et le tournant de la course, c'est maintenant !

Quatre concurrents arrivent de l'arrière, ils ne vont pas vite mais nous avons l'impression qu'il fondent sur nous.Quand ils nous passent, Manu me dit : "On ne va pas rendre les armes comme ça ? On va faire un baroud d'honneur et on verra bien ! "
Chiche !
Merci Manu, ta détermination sans faille a fait basculer notre course du bon côté ! :merci: :maitre:


Le jour se lève.
La pluie s'est arrêté pour quelques instants.
Nous reprenons les quatre coureurs.
Nous arrivons à remarcher normalement et même à courir un peu, puis de plus en plus.

C'est là que la machine à calculer se remet en route dans ma caboche rassérénée !

BH3 Km 165 Dead Line 8h30
Ça peut passer !
Nous retrouvons Mimi Chevillon qui nous avait fait faux bon depuis longtemps. Je connais sa réputation de serial finisheuse, elle ne bâche jamais ! Si on est avec elle c'est que ça peut le faire !
On cravache pour refaire notre retard de la nuit, et on arrive finalement à BH3 à 8h21... On en repartira à 8h26.
Isa nous dit qu'après, il n'y a qu'à dérouler. Ça met du baume au cœur mais c'est pas vrai ! :langue:

Ça monte, et ça monte raide. Mais le mental est revenu, et les jambes aussi, hors de question de lâcher quoique ce soit. Le plan c'est d'optimiser tous les ravitos, voire de zapper celui qui arrive pour pouvoir prendre un peu de temps pour se changer à celui d'après. Bon, c'était sans compter sur l'accueil chaleureux des bénévoles qui nous cajolent un peu trop pour l'occasion. On y passera 20 minutes :cartonJ:
R19, le tant attendu R19 où nous avons des habits secs (et oui, comme des cons nous n'avions aucun drop bags entre le 95 et le 165 :boom: ) ! On se change le plus vite possible et on repart. Au taquet. De toutes façons on n'a pas le choix.
Le tronçon le plus dur sera Chalencon-Chateauneuf 12.8 km à parcourir en 2h00 et c'est pas plat du tout !
Arrivé là haut, on me dit que j'ai un problème de balise, je suis annoncé dnf. Du coup je comprends mieux pourquoi mon téléphone n'arrête pas de sonner. Pas grave, il faut enchainer. Surtout qu'on a perdu du temps sur ce tronçon et que mes estimations me disent plutôt 19h30 que 19h00 au camping.
On déclenche l'opération coup de poing, Cyrano 4'/1'. Dès que ça descend ou que c'est plat, on court.
Dernier tronçon 9,5 Km, c'est fou mais ça va passer !
On a tellement peur de ne pas rentrer que je vais motiver manu à accélérer jusqu'au bout du bout.
Enfin la descente vers le camping, on voit l'arche au loin, les copains sont autour de nous, c'est l'ivresse des derniers hectomètres.
On se prend la main et on franchit l'arche comme dans un rêve !
L'accueil est exceptionnel ! Hors norme ! Tout le monde est là et nous applaudit !
C'est magique !
Les larmes montent et je ne fais rien pour les retenir, c'est tellement beau ! Quelle grande famille d'ultra !

Je n'oublierai jamais ces moments en ta compagnie, Manu :smack:

Une bière (Merci Oliver), une douche, le repas et la remise des prix, je vais vivre tout ça dans un état second et j'ai encore des hallucinations en rentrant avec Christophe vers le camping...

Je vais mettre quelques jours à m'en remettre, surtout la grosse ampoule sous le pied droit qu'Isa a même photographiée au 186.


Merci à tout ceux qui nous ont encouragé, sur le parcours ou à distance, merci à Lolo et Isa pour leur magnifique et terrible épreuve, aux bénévoles sans qui rien n'est possible.

Bien sûr merci à ma femme et mes enfants qui supportent (comprennent ?) mes délires. :love:

:hello:


Encore toutes mes félicitations Guillaume avec Manu vous avez fait une course de rêve :maitre: :maitre: :maitre: :maitre:
C'est vrai.


J'aime ton humour :wink:
Avatar de l'utilisateur
grelots
Modérateur
 
Messages: 10078
Inscription: Mar 25 Sep 2007 08:25
Localisation: 24
Sexe: Homme
VMA: 27,0
IE: -3,00

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede spikeb91 le Mer 29 Mai 2019 17:29

Pollueurs de post ! On dirait moi ! :mrgreen: :rigoler: :rigoler:
1 300,2 km en 2020 30e/41
Avatar de l'utilisateur
spikeb91
Modérateur
 
Messages: 4841
Inscription: Lun 1 Déc 2014 22:15
Localisation: Morsang sur Orge (91)
Sexe: Homme
VMA: 15,5
IE: -6,85

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede Popol24 le Mer 29 Mai 2019 17:49

spikeb91 a écrit::hello: :hello:

Voici le cr de mon aventure en terre Ardéchoise.

Je vais tout rédiger à la troisième personne, pas que j'ai chopé le melon :nonnon: , mais cette course, nous l'avons faite à deux avec Manumds.

Les prémices

J'ai toujours pensé que ça n'était pas une course pour moi. Trop dure. Et d'ailleurs c'était clairement marqué dans le règlement (que j'avais lu par hasard) qu'il fallait justifier d'une course du même acabit, ce qui n'était pas mon cas. Jusqu'au jour où je suis tombé sur une discussion fb entre Anthony et Nico Barreau, qui parlaient de l'UA, et qui à ma connaissance n'avaient pas ce genre de références.
Ils m'ont un peu chauffé.
Et je suis faible :wink:
J'ai fini par appelé Lolo et envoyer mon bulletin, d'une main tremblante.

Ça n'est pas que je m'étais soudainement laissé poussé les couilles, juste que j'aurais eu trop de regrets en suivant les copains sur mon ordi comme je venais de le faire quelques jours plus tôt avec le Spartathlon (oui, je me suis inscrit tôt :mrgreen: )
Comme quoi, on n'est pas obligé de parler du Spartathlon dans un cr de l'UA, mais ça peut arriver.

Rendez vous est donc pris en Ardèche pour le joli moi de mai...


L'entrainement

La théorie c'était ça:
Augmenter progressivement le volume jusqu'à pouvoir faire des semaines de plus de 100 pour le mois d'avril.
Bouffer des côtes.
Répartir ça en phases conclues par des objectifs intermédiaires.
1) phase de vitesse ( :rigoler: ) ---> 6h de Lisses (ça sera finalement 6h en off à Palaiseau, Cloclo :smack: )
2) travail de marche ---> Paris Mantes (l'idée m'avait été soufflée par un certain Manumds, un soir de débauche parisienne)
3) phase de force avec muscu toussa toussa et côtes ---> Ecotrail (tiens, avec Manumds :mrgreen: )
4) phase spécifique axé sur la vs ---> reco de l'U2B ( 64km 2200 D+)
5) récup

J'ai à peu près respecté ces 4 phases sauf que je n'ai vraiment pas beaucoup fait de muscu :siffle:

L'avant course

Manu et moi avons opté pour le train, moins de fatigue. Nous devons nous retrouver dans le même "carré" de tgv, mais au final, c'est dans le wagon bar que nous nous donnons du courage quelques idées de progression et notamment le fait de faire au moins une vraie pause au 117ème si nous arrivons avec assez d'avance. Je me souviens que ça m'avait bien réussi au 24h de Champigneulles et j'essaye de convaincre Manu. Comme on n'a pas le droit à la bière, on boit du café, peut-être un peu trop mais il me faut vraiment évacuer tout ce stress.
Question drop bags, ça sera vêtements chauds au 72, frontale au 95 et vêtements secs et frais au 186.
Arrivée à Alboussière, nous sommes accueillis par Laurent et invités à déposer nos fameux drop bags dans les caisses adéquates (comme Sheila).
Je vais monter ma tente sous une pluie fine, je suis déjà mouillé et j'ai déjà froid.
Du coup, petite nuit. Seul le café du matin me réchauffera un peu.


La course

Lolo avait prévenu, départ à 6h tapantes !
L'allure est tranquille, ça discute pas mal et les kilomètres défilent rapidement jusqu'au premier objectif, la barrière horaire du kilomètre 56, atteinte avec 1h15 d'avance. La première grosse bosse va arriver avec le col de l'Ardéchoise. On monte doucement mais sûrement en alternant marche et course. Ça grimpe mais ça n'est pas équivalent à ce qu'on a fait trois semaines avant dans les Vosges. C'est donc plutôt frais que nous arrivons au R7 où nous attend de quoi se sécher et se couvrir un peu plus.
Là, j'ai la désagréable surprise de trouver Nico Barreau, assis, vapote à la bouche et bière à la main. Je le remotive comme je peux mais c'est sans lui que nous repartons à l'assaut du fameux Gerbier !
La grimpette se fait bien encore une fois et sans souci jusqu'au Gerbier.
Nous y retrouvons Steph Dessartine qui a décidé d'arrêter, et JB qui a l'air en forme. Il me rassure (j'en ai besoin) sur notre progression et me dit qu'on devrait arriver avec deux heures d'avance à BH2 (Km 117). Ainsi soit-il, nous continuons notre chemin en laissant là Nico, qui nous avait repris quelques temps plus tôt, mais en y laissant un peu trop de jus.
Plus que 9 km avant le R10 où nous attendent nos deuxièmes drop bags dans lesquels se trouve ma frontale. On y arrive avant la nuit, ouf !!!
Il faut maintenant se goinfrer les 18 km de descente vers St Pierre, le fameux toboggan Ardéchois qui va faire tant de dégâts. Si nous l'avons bien encaissé par rapport à certains qui y ont laissé des plumes (ou des quadris :smack: ), c'est quand même là que nous avons commencé à trouver les kilomètres de plus en plus longs, et l'arrivée à BH2 ne se fera qu'avec 1h40 d'avance. Je mange une bonne purée en compagnie de David Antoine, il a tout filmé le coquin. On y retrouve Anthony qui se remet doucement d'un malaise au ravito précédent.Il m'annonce le DNF de Magoo :pleurer: . Je lui dit que nous allons faire une micro sieste (20') et il se décide à repartir avec nous. Impossible de dormir, mais je sais que ces pauses font du bien pour l'avoir expérimenté à Champipi, sur les conseils de Vieux Lion.

C'est donc à trois que nous repartons à la conquête de la deuxième moitié du parcours (enfin un peu moins, mais finalement un peu plus, enfin je me comprends...). Et ça monte. et ça descend aussi, mais quand ça descend t'as envie que ça remonte et inversement. La pause nous a fait du bien, mais pas très longtemps. Plus que le parcours, c'est la fatigue qui va se montrer impitoyable. Anthony a abandonné, je ne sais pas dire quand. Sa femme qui l'assiste nous a même proposé de nous attendre au ravito suivant, juste au cas où on bacherait. Invitation polie mais qui aurait pu nous achever, nous déclinons tout aussi poliment. Pendant les 3/4 heures du cœur de la nuit, nous allons progresser à une vitesse extrêmement faible. Peut-être 4 Km/h, et encore. Mentalement c'est très dur. Surtout que nous avons le gros coup de mou tous les deux en même temps et qu'à ce moment là il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. La seul pensée qui me fait tenir à ce moment là, c'est que je n'ai pas le droit d'abandonner Manu. Mais...

Il fait nuit.
Il pleut depuis des heures.
Je suis trempé.
Je grelotte.
Nous zigzaguons dangereusement sur la route.
J'ai des hallucinations, et Manu aussi.
Tout espoir de terminer m'a quitté.
C'est cuit.

C'est cet état mental qui me fera dire à Manu une phrase avec laquelle il n'est pas prêt d'arrêter de me chambrer : "Quand on n'a pas le niveau on ne s'inscrit pas sur ce genre de course !"


Et le tournant de la course, c'est maintenant !

Quatre concurrents arrivent de l'arrière, ils ne vont pas vite mais nous avons l'impression qu'il fondent sur nous.Quand ils nous passent, Manu me dit : "On ne va pas rendre les armes comme ça ? On va faire un baroud d'honneur et on verra bien ! "
Chiche !
Merci Manu, ta détermination sans faille a fait basculer notre course du bon côté ! :merci: :maitre:


Le jour se lève.
La pluie s'est arrêté pour quelques instants.
Nous reprenons les quatre coureurs.
Nous arrivons à remarcher normalement et même à courir un peu, puis de plus en plus.

C'est là que la machine à calculer se remet en route dans ma caboche rassérénée !

BH3 Km 165 Dead Line 8h30
Ça peut passer !
Nous retrouvons Mimi Chevillon qui nous avait fait faux bon depuis longtemps. Je connais sa réputation de serial finisheuse, elle ne bâche jamais ! Si on est avec elle c'est que ça peut le faire !
On cravache pour refaire notre retard de la nuit, et on arrive finalement à BH3 à 8h21... On en repartira à 8h26.
Isa nous dit qu'après, il n'y a qu'à dérouler. Ça met du baume au cœur mais c'est pas vrai ! :langue:

Ça monte, et ça monte raide. Mais le mental est revenu, et les jambes aussi, hors de question de lâcher quoique ce soit. Le plan c'est d'optimiser tous les ravitos, voire de zapper celui qui arrive pour pouvoir prendre un peu de temps pour se changer à celui d'après. Bon, c'était sans compter sur l'accueil chaleureux des bénévoles qui nous cajolent un peu trop pour l'occasion. On y passera 20 minutes :cartonJ:
R19, le tant attendu R19 où nous avons des habits secs (et oui, comme des cons nous n'avions aucun drop bags entre le 95 et le 165 :boom: ) ! On se change le plus vite possible et on repart. Au taquet. De toutes façons on n'a pas le choix.
Le tronçon le plus dur sera Chalencon-Chateauneuf 12.8 km à parcourir en 2h00 et c'est pas plat du tout !
Arrivé là haut, on me dit que j'ai un problème de balise, je suis annoncé dnf. Du coup je comprends mieux pourquoi mon téléphone n'arrête pas de sonner. Pas grave, il faut enchainer. Surtout qu'on a perdu du temps sur ce tronçon et que mes estimations me disent plutôt 19h30 que 19h00 au camping.
On déclenche l'opération coup de poing, Cyrano 4'/1'. Dès que ça descend ou que c'est plat, on court.
Dernier tronçon 9,5 Km, c'est fou mais ça va passer !
On a tellement peur de ne pas rentrer que je vais motiver manu à accélérer jusqu'au bout du bout.
Enfin la descente vers le camping, on voit l'arche au loin, les copains sont autour de nous, c'est l'ivresse des derniers hectomètres.
On se prend la main et on franchit l'arche comme dans un rêve !
L'accueil est exceptionnel ! Hors norme ! Tout le monde est là et nous applaudit !
C'est magique !
Les larmes montent et je ne fais rien pour les retenir, c'est tellement beau ! Quelle grande famille d'ultra !

Je n'oublierai jamais ces moments en ta compagnie, Manu :smack:

Une bière (Merci Oliver), une douche, le repas et la remise des prix, je vais vivre tout ça dans un état second et j'ai encore des hallucinations en rentrant avec Christophe vers le camping...

Je vais mettre quelques jours à m'en remettre, surtout la grosse ampoule sous le pied droit qu'Isa a même photographiée au 186.


Merci à tout ceux qui nous ont encouragé, sur le parcours ou à distance, merci à Lolo et Isa pour leur magnifique et terrible épreuve, aux bénévoles sans qui rien n'est possible.

Bien sûr merci à ma femme et mes enfants qui supportent (comprennent ?) mes délires. :love:

:hello:

Spécialement pour Spike. Je sais que tu le relis à chaque fois. Fais toi plaisir, tu le mérites :maitre: :maitre:
Ils nе cоurеnt раs cоntrе lеs аutrеs mаіs роur еux-mêmеs. Ils sеmblеnt dіfférеnts dе nоus : іls роssèdеnt lа sérénіté dеs sаgеs, l'еnvіе dеs еnfаnts, lа cараcіté dе sе surраssеr. Lеur drоguе еst lе 100 kіlоmètrеs, lе рlаіsіr dе cоurіr реndаnt dеs hеurеs. Ils gоûtеnt іntеnsémеnt lе раrtаgе, lа chаlеur humаіnе еt chаquе cоurеur еst unе hіstоіrе vіvаntе.
Avatar de l'utilisateur
Popol24
 
Messages: 2426
Inscription: Sam 31 Mar 2012 20:28
Localisation: Dordogne (24)
Sexe: Homme

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede jbj le Mer 29 Mai 2019 18:37

Popol24 a écrit:
spikeb91 a écrit::hello: :hello:

Voici le cr de mon aventure en terre Ardéchoise.

Je vais tout rédiger à la troisième personne, pas que j'ai chopé le melon :nonnon: , mais cette course, nous l'avons faite à deux avec Manumds.

Les prémices

J'ai toujours pensé que ça n'était pas une course pour moi. Trop dure. Et d'ailleurs c'était clairement marqué dans le règlement (que j'avais lu par hasard) qu'il fallait justifier d'une course du même acabit, ce qui n'était pas mon cas. Jusqu'au jour où je suis tombé sur une discussion fb entre Anthony et Nico Barreau, qui parlaient de l'UA, et qui à ma connaissance n'avaient pas ce genre de références.
Ils m'ont un peu chauffé.
Et je suis faible :wink:
J'ai fini par appelé Lolo et envoyer mon bulletin, d'une main tremblante.

Ça n'est pas que je m'étais soudainement laissé poussé les couilles, juste que j'aurais eu trop de regrets en suivant les copains sur mon ordi comme je venais de le faire quelques jours plus tôt avec le Spartathlon (oui, je me suis inscrit tôt :mrgreen: )
Comme quoi, on n'est pas obligé de parler du Spartathlon dans un cr de l'UA, mais ça peut arriver.

Rendez vous est donc pris en Ardèche pour le joli moi de mai...


L'entrainement

La théorie c'était ça:
Augmenter progressivement le volume jusqu'à pouvoir faire des semaines de plus de 100 pour le mois d'avril.
Bouffer des côtes.
Répartir ça en phases conclues par des objectifs intermédiaires.
1) phase de vitesse ( :rigoler: ) ---> 6h de Lisses (ça sera finalement 6h en off à Palaiseau, Cloclo :smack: )
2) travail de marche ---> Paris Mantes (l'idée m'avait été soufflée par un certain Manumds, un soir de débauche parisienne)
3) phase de force avec muscu toussa toussa et côtes ---> Ecotrail (tiens, avec Manumds :mrgreen: )
4) phase spécifique axé sur la vs ---> reco de l'U2B ( 64km 2200 D+)
5) récup

J'ai à peu près respecté ces 4 phases sauf que je n'ai vraiment pas beaucoup fait de muscu :siffle:

L'avant course

Manu et moi avons opté pour le train, moins de fatigue. Nous devons nous retrouver dans le même "carré" de tgv, mais au final, c'est dans le wagon bar que nous nous donnons du courage quelques idées de progression et notamment le fait de faire au moins une vraie pause au 117ème si nous arrivons avec assez d'avance. Je me souviens que ça m'avait bien réussi au 24h de Champigneulles et j'essaye de convaincre Manu. Comme on n'a pas le droit à la bière, on boit du café, peut-être un peu trop mais il me faut vraiment évacuer tout ce stress.
Question drop bags, ça sera vêtements chauds au 72, frontale au 95 et vêtements secs et frais au 186.
Arrivée à Alboussière, nous sommes accueillis par Laurent et invités à déposer nos fameux drop bags dans les caisses adéquates (comme Sheila).
Je vais monter ma tente sous une pluie fine, je suis déjà mouillé et j'ai déjà froid.
Du coup, petite nuit. Seul le café du matin me réchauffera un peu.


La course

Lolo avait prévenu, départ à 6h tapantes !
L'allure est tranquille, ça discute pas mal et les kilomètres défilent rapidement jusqu'au premier objectif, la barrière horaire du kilomètre 56, atteinte avec 1h15 d'avance. La première grosse bosse va arriver avec le col de l'Ardéchoise. On monte doucement mais sûrement en alternant marche et course. Ça grimpe mais ça n'est pas équivalent à ce qu'on a fait trois semaines avant dans les Vosges. C'est donc plutôt frais que nous arrivons au R7 où nous attend de quoi se sécher et se couvrir un peu plus.
Là, j'ai la désagréable surprise de trouver Nico Barreau, assis, vapote à la bouche et bière à la main. Je le remotive comme je peux mais c'est sans lui que nous repartons à l'assaut du fameux Gerbier !
La grimpette se fait bien encore une fois et sans souci jusqu'au Gerbier.
Nous y retrouvons Steph Dessartine qui a décidé d'arrêter, et JB qui a l'air en forme. Il me rassure (j'en ai besoin) sur notre progression et me dit qu'on devrait arriver avec deux heures d'avance à BH2 (Km 117). Ainsi soit-il, nous continuons notre chemin en laissant là Nico, qui nous avait repris quelques temps plus tôt, mais en y laissant un peu trop de jus.
Plus que 9 km avant le R10 où nous attendent nos deuxièmes drop bags dans lesquels se trouve ma frontale. On y arrive avant la nuit, ouf !!!
Il faut maintenant se goinfrer les 18 km de descente vers St Pierre, le fameux toboggan Ardéchois qui va faire tant de dégâts. Si nous l'avons bien encaissé par rapport à certains qui y ont laissé des plumes (ou des quadris :smack: ), c'est quand même là que nous avons commencé à trouver les kilomètres de plus en plus longs, et l'arrivée à BH2 ne se fera qu'avec 1h40 d'avance. Je mange une bonne purée en compagnie de David Antoine, il a tout filmé le coquin. On y retrouve Anthony qui se remet doucement d'un malaise au ravito précédent.Il m'annonce le DNF de Magoo :pleurer: . Je lui dit que nous allons faire une micro sieste (20') et il se décide à repartir avec nous. Impossible de dormir, mais je sais que ces pauses font du bien pour l'avoir expérimenté à Champipi, sur les conseils de Vieux Lion.

C'est donc à trois que nous repartons à la conquête de la deuxième moitié du parcours (enfin un peu moins, mais finalement un peu plus, enfin je me comprends...). Et ça monte. et ça descend aussi, mais quand ça descend t'as envie que ça remonte et inversement. La pause nous a fait du bien, mais pas très longtemps. Plus que le parcours, c'est la fatigue qui va se montrer impitoyable. Anthony a abandonné, je ne sais pas dire quand. Sa femme qui l'assiste nous a même proposé de nous attendre au ravito suivant, juste au cas où on bacherait. Invitation polie mais qui aurait pu nous achever, nous déclinons tout aussi poliment. Pendant les 3/4 heures du cœur de la nuit, nous allons progresser à une vitesse extrêmement faible. Peut-être 4 Km/h, et encore. Mentalement c'est très dur. Surtout que nous avons le gros coup de mou tous les deux en même temps et qu'à ce moment là il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. La seul pensée qui me fait tenir à ce moment là, c'est que je n'ai pas le droit d'abandonner Manu. Mais...

Il fait nuit.
Il pleut depuis des heures.
Je suis trempé.
Je grelotte.
Nous zigzaguons dangereusement sur la route.
J'ai des hallucinations, et Manu aussi.
Tout espoir de terminer m'a quitté.
C'est cuit.

C'est cet état mental qui me fera dire à Manu une phrase avec laquelle il n'est pas prêt d'arrêter de me chambrer : "Quand on n'a pas le niveau on ne s'inscrit pas sur ce genre de course !"


Et le tournant de la course, c'est maintenant !

Quatre concurrents arrivent de l'arrière, ils ne vont pas vite mais nous avons l'impression qu'il fondent sur nous.Quand ils nous passent, Manu me dit : "On ne va pas rendre les armes comme ça ? On va faire un baroud d'honneur et on verra bien ! "
Chiche !
Merci Manu, ta détermination sans faille a fait basculer notre course du bon côté ! :merci: :maitre:


Le jour se lève.
La pluie s'est arrêté pour quelques instants.
Nous reprenons les quatre coureurs.
Nous arrivons à remarcher normalement et même à courir un peu, puis de plus en plus.

C'est là que la machine à calculer se remet en route dans ma caboche rassérénée !

BH3 Km 165 Dead Line 8h30
Ça peut passer !
Nous retrouvons Mimi Chevillon qui nous avait fait faux bon depuis longtemps. Je connais sa réputation de serial finisheuse, elle ne bâche jamais ! Si on est avec elle c'est que ça peut le faire !
On cravache pour refaire notre retard de la nuit, et on arrive finalement à BH3 à 8h21... On en repartira à 8h26.
Isa nous dit qu'après, il n'y a qu'à dérouler. Ça met du baume au cœur mais c'est pas vrai ! :langue:

Ça monte, et ça monte raide. Mais le mental est revenu, et les jambes aussi, hors de question de lâcher quoique ce soit. Le plan c'est d'optimiser tous les ravitos, voire de zapper celui qui arrive pour pouvoir prendre un peu de temps pour se changer à celui d'après. Bon, c'était sans compter sur l'accueil chaleureux des bénévoles qui nous cajolent un peu trop pour l'occasion. On y passera 20 minutes :cartonJ:
R19, le tant attendu R19 où nous avons des habits secs (et oui, comme des cons nous n'avions aucun drop bags entre le 95 et le 165 :boom: ) ! On se change le plus vite possible et on repart. Au taquet. De toutes façons on n'a pas le choix.
Le tronçon le plus dur sera Chalencon-Chateauneuf 12.8 km à parcourir en 2h00 et c'est pas plat du tout !
Arrivé là haut, on me dit que j'ai un problème de balise, je suis annoncé dnf. Du coup je comprends mieux pourquoi mon téléphone n'arrête pas de sonner. Pas grave, il faut enchainer. Surtout qu'on a perdu du temps sur ce tronçon et que mes estimations me disent plutôt 19h30 que 19h00 au camping.
On déclenche l'opération coup de poing, Cyrano 4'/1'. Dès que ça descend ou que c'est plat, on court.
Dernier tronçon 9,5 Km, c'est fou mais ça va passer !
On a tellement peur de ne pas rentrer que je vais motiver manu à accélérer jusqu'au bout du bout.
Enfin la descente vers le camping, on voit l'arche au loin, les copains sont autour de nous, c'est l'ivresse des derniers hectomètres.
On se prend la main et on franchit l'arche comme dans un rêve !
L'accueil est exceptionnel ! Hors norme ! Tout le monde est là et nous applaudit !
C'est magique !
Les larmes montent et je ne fais rien pour les retenir, c'est tellement beau ! Quelle grande famille d'ultra !

Je n'oublierai jamais ces moments en ta compagnie, Manu :smack:

Une bière (Merci Oliver), une douche, le repas et la remise des prix, je vais vivre tout ça dans un état second et j'ai encore des hallucinations en rentrant avec Christophe vers le camping...

Je vais mettre quelques jours à m'en remettre, surtout la grosse ampoule sous le pied droit qu'Isa a même photographiée au 186.


Merci à tout ceux qui nous ont encouragé, sur le parcours ou à distance, merci à Lolo et Isa pour leur magnifique et terrible épreuve, aux bénévoles sans qui rien n'est possible.

Bien sûr merci à ma femme et mes enfants qui supportent (comprennent ?) mes délires. :love:

:hello:

Spécialement pour Spike. Je sais que tu le relis à chaque fois. Fais toi plaisir, tu le mérites :maitre: :maitre:
:plus1:
- - -
jbj∑∑δ€中αß!&ʘ~ (Ich bin ein MiL'Killer) profil DUV / FFA
Zob d'Or 2010-2012-2013, Zob de Bronze 2014, Zob de Chocolat 2011-2015
Avatar de l'utilisateur
jbj
 
Messages: 10707
Inscription: Mer 14 Nov 2007 21:18
Localisation: 29

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede Popol24 le Mer 29 Mai 2019 19:11

jbj a écrit:
Popol24 a écrit:
spikeb91 a écrit::hello: :hello:

Voici le cr de mon aventure en terre Ardéchoise.

Je vais tout rédiger à la troisième personne, pas que j'ai chopé le melon :nonnon: , mais cette course, nous l'avons faite à deux avec Manumds.

Les prémices

J'ai toujours pensé que ça n'était pas une course pour moi. Trop dure. Et d'ailleurs c'était clairement marqué dans le règlement (que j'avais lu par hasard) qu'il fallait justifier d'une course du même acabit, ce qui n'était pas mon cas. Jusqu'au jour où je suis tombé sur une discussion fb entre Anthony et Nico Barreau, qui parlaient de l'UA, et qui à ma connaissance n'avaient pas ce genre de références.
Ils m'ont un peu chauffé.
Et je suis faible :wink:
J'ai fini par appelé Lolo et envoyer mon bulletin, d'une main tremblante.

Ça n'est pas que je m'étais soudainement laissé poussé les couilles, juste que j'aurais eu trop de regrets en suivant les copains sur mon ordi comme je venais de le faire quelques jours plus tôt avec le Spartathlon (oui, je me suis inscrit tôt :mrgreen: )
Comme quoi, on n'est pas obligé de parler du Spartathlon dans un cr de l'UA, mais ça peut arriver.

Rendez vous est donc pris en Ardèche pour le joli moi de mai...


L'entrainement

La théorie c'était ça:
Augmenter progressivement le volume jusqu'à pouvoir faire des semaines de plus de 100 pour le mois d'avril.
Bouffer des côtes.
Répartir ça en phases conclues par des objectifs intermédiaires.
1) phase de vitesse ( :rigoler: ) ---> 6h de Lisses (ça sera finalement 6h en off à Palaiseau, Cloclo :smack: )
2) travail de marche ---> Paris Mantes (l'idée m'avait été soufflée par un certain Manumds, un soir de débauche parisienne)
3) phase de force avec muscu toussa toussa et côtes ---> Ecotrail (tiens, avec Manumds :mrgreen: )
4) phase spécifique axé sur la vs ---> reco de l'U2B ( 64km 2200 D+)
5) récup

J'ai à peu près respecté ces 4 phases sauf que je n'ai vraiment pas beaucoup fait de muscu :siffle:

L'avant course

Manu et moi avons opté pour le train, moins de fatigue. Nous devons nous retrouver dans le même "carré" de tgv, mais au final, c'est dans le wagon bar que nous nous donnons du courage quelques idées de progression et notamment le fait de faire au moins une vraie pause au 117ème si nous arrivons avec assez d'avance. Je me souviens que ça m'avait bien réussi au 24h de Champigneulles et j'essaye de convaincre Manu. Comme on n'a pas le droit à la bière, on boit du café, peut-être un peu trop mais il me faut vraiment évacuer tout ce stress.
Question drop bags, ça sera vêtements chauds au 72, frontale au 95 et vêtements secs et frais au 186.
Arrivée à Alboussière, nous sommes accueillis par Laurent et invités à déposer nos fameux drop bags dans les caisses adéquates (comme Sheila).
Je vais monter ma tente sous une pluie fine, je suis déjà mouillé et j'ai déjà froid.
Du coup, petite nuit. Seul le café du matin me réchauffera un peu.


La course

Lolo avait prévenu, départ à 6h tapantes !
L'allure est tranquille, ça discute pas mal et les kilomètres défilent rapidement jusqu'au premier objectif, la barrière horaire du kilomètre 56, atteinte avec 1h15 d'avance. La première grosse bosse va arriver avec le col de l'Ardéchoise. On monte doucement mais sûrement en alternant marche et course. Ça grimpe mais ça n'est pas équivalent à ce qu'on a fait trois semaines avant dans les Vosges. C'est donc plutôt frais que nous arrivons au R7 où nous attend de quoi se sécher et se couvrir un peu plus.
Là, j'ai la désagréable surprise de trouver Nico Barreau, assis, vapote à la bouche et bière à la main. Je le remotive comme je peux mais c'est sans lui que nous repartons à l'assaut du fameux Gerbier !
La grimpette se fait bien encore une fois et sans souci jusqu'au Gerbier.
Nous y retrouvons Steph Dessartine qui a décidé d'arrêter, et JB qui a l'air en forme. Il me rassure (j'en ai besoin) sur notre progression et me dit qu'on devrait arriver avec deux heures d'avance à BH2 (Km 117). Ainsi soit-il, nous continuons notre chemin en laissant là Nico, qui nous avait repris quelques temps plus tôt, mais en y laissant un peu trop de jus.
Plus que 9 km avant le R10 où nous attendent nos deuxièmes drop bags dans lesquels se trouve ma frontale. On y arrive avant la nuit, ouf !!!
Il faut maintenant se goinfrer les 18 km de descente vers St Pierre, le fameux toboggan Ardéchois qui va faire tant de dégâts. Si nous l'avons bien encaissé par rapport à certains qui y ont laissé des plumes (ou des quadris :smack: ), c'est quand même là que nous avons commencé à trouver les kilomètres de plus en plus longs, et l'arrivée à BH2 ne se fera qu'avec 1h40 d'avance. Je mange une bonne purée en compagnie de David Antoine, il a tout filmé le coquin. On y retrouve Anthony qui se remet doucement d'un malaise au ravito précédent.Il m'annonce le DNF de Magoo :pleurer: . Je lui dit que nous allons faire une micro sieste (20') et il se décide à repartir avec nous. Impossible de dormir, mais je sais que ces pauses font du bien pour l'avoir expérimenté à Champipi, sur les conseils de Vieux Lion.

C'est donc à trois que nous repartons à la conquête de la deuxième moitié du parcours (enfin un peu moins, mais finalement un peu plus, enfin je me comprends...). Et ça monte. et ça descend aussi, mais quand ça descend t'as envie que ça remonte et inversement. La pause nous a fait du bien, mais pas très longtemps. Plus que le parcours, c'est la fatigue qui va se montrer impitoyable. Anthony a abandonné, je ne sais pas dire quand. Sa femme qui l'assiste nous a même proposé de nous attendre au ravito suivant, juste au cas où on bacherait. Invitation polie mais qui aurait pu nous achever, nous déclinons tout aussi poliment. Pendant les 3/4 heures du cœur de la nuit, nous allons progresser à une vitesse extrêmement faible. Peut-être 4 Km/h, et encore. Mentalement c'est très dur. Surtout que nous avons le gros coup de mou tous les deux en même temps et qu'à ce moment là il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. La seul pensée qui me fait tenir à ce moment là, c'est que je n'ai pas le droit d'abandonner Manu. Mais...

Il fait nuit.
Il pleut depuis des heures.
Je suis trempé.
Je grelotte.
Nous zigzaguons dangereusement sur la route.
J'ai des hallucinations, et Manu aussi.
Tout espoir de terminer m'a quitté.
C'est cuit.

C'est cet état mental qui me fera dire à Manu une phrase avec laquelle il n'est pas prêt d'arrêter de me chambrer : "Quand on n'a pas le niveau on ne s'inscrit pas sur ce genre de course !"


Et le tournant de la course, c'est maintenant !

Quatre concurrents arrivent de l'arrière, ils ne vont pas vite mais nous avons l'impression qu'il fondent sur nous.Quand ils nous passent, Manu me dit : "On ne va pas rendre les armes comme ça ? On va faire un baroud d'honneur et on verra bien ! "
Chiche !
Merci Manu, ta détermination sans faille a fait basculer notre course du bon côté ! :merci: :maitre:


Le jour se lève.
La pluie s'est arrêté pour quelques instants.
Nous reprenons les quatre coureurs.
Nous arrivons à remarcher normalement et même à courir un peu, puis de plus en plus.

C'est là que la machine à calculer se remet en route dans ma caboche rassérénée !

BH3 Km 165 Dead Line 8h30
Ça peut passer !
Nous retrouvons Mimi Chevillon qui nous avait fait faux bon depuis longtemps. Je connais sa réputation de serial finisheuse, elle ne bâche jamais ! Si on est avec elle c'est que ça peut le faire !
On cravache pour refaire notre retard de la nuit, et on arrive finalement à BH3 à 8h21... On en repartira à 8h26.
Isa nous dit qu'après, il n'y a qu'à dérouler. Ça met du baume au cœur mais c'est pas vrai ! :langue:

Ça monte, et ça monte raide. Mais le mental est revenu, et les jambes aussi, hors de question de lâcher quoique ce soit. Le plan c'est d'optimiser tous les ravitos, voire de zapper celui qui arrive pour pouvoir prendre un peu de temps pour se changer à celui d'après. Bon, c'était sans compter sur l'accueil chaleureux des bénévoles qui nous cajolent un peu trop pour l'occasion. On y passera 20 minutes :cartonJ:
R19, le tant attendu R19 où nous avons des habits secs (et oui, comme des cons nous n'avions aucun drop bags entre le 95 et le 165 :boom: ) ! On se change le plus vite possible et on repart. Au taquet. De toutes façons on n'a pas le choix.
Le tronçon le plus dur sera Chalencon-Chateauneuf 12.8 km à parcourir en 2h00 et c'est pas plat du tout !
Arrivé là haut, on me dit que j'ai un problème de balise, je suis annoncé dnf. Du coup je comprends mieux pourquoi mon téléphone n'arrête pas de sonner. Pas grave, il faut enchainer. Surtout qu'on a perdu du temps sur ce tronçon et que mes estimations me disent plutôt 19h30 que 19h00 au camping.
On déclenche l'opération coup de poing, Cyrano 4'/1'. Dès que ça descend ou que c'est plat, on court.
Dernier tronçon 9,5 Km, c'est fou mais ça va passer !
On a tellement peur de ne pas rentrer que je vais motiver manu à accélérer jusqu'au bout du bout.
Enfin la descente vers le camping, on voit l'arche au loin, les copains sont autour de nous, c'est l'ivresse des derniers hectomètres.
On se prend la main et on franchit l'arche comme dans un rêve !
L'accueil est exceptionnel ! Hors norme ! Tout le monde est là et nous applaudit !
C'est magique !
Les larmes montent et je ne fais rien pour les retenir, c'est tellement beau ! Quelle grande famille d'ultra !

Je n'oublierai jamais ces moments en ta compagnie, Manu :smack:

Une bière (Merci Oliver), une douche, le repas et la remise des prix, je vais vivre tout ça dans un état second et j'ai encore des hallucinations en rentrant avec Christophe vers le camping...

Je vais mettre quelques jours à m'en remettre, surtout la grosse ampoule sous le pied droit qu'Isa a même photographiée au 186.


Merci à tout ceux qui nous ont encouragé, sur le parcours ou à distance, merci à Lolo et Isa pour leur magnifique et terrible épreuve, aux bénévoles sans qui rien n'est possible.

Bien sûr merci à ma femme et mes enfants qui supportent (comprennent ?) mes délires. :love:

:hello:

Spécialement pour Spike. Je sais que tu le relis à chaque fois. Fais toi plaisir, tu le mérites :maitre: :maitre:
:plus1:

Je pense qu'il ne devrait pas tarder à le connaître par cœur !!!
Ils nе cоurеnt раs cоntrе lеs аutrеs mаіs роur еux-mêmеs. Ils sеmblеnt dіfférеnts dе nоus : іls роssèdеnt lа sérénіté dеs sаgеs, l'еnvіе dеs еnfаnts, lа cараcіté dе sе surраssеr. Lеur drоguе еst lе 100 kіlоmètrеs, lе рlаіsіr dе cоurіr реndаnt dеs hеurеs. Ils gоûtеnt іntеnsémеnt lе раrtаgе, lа chаlеur humаіnе еt chаquе cоurеur еst unе hіstоіrе vіvаntе.
Avatar de l'utilisateur
Popol24
 
Messages: 2426
Inscription: Sam 31 Mar 2012 20:28
Localisation: Dordogne (24)
Sexe: Homme

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede spikeb91 le Jeu 30 Mai 2019 09:04

Vous êtes des gosses ! :mrgreen:
1 300,2 km en 2020 30e/41
Avatar de l'utilisateur
spikeb91
Modérateur
 
Messages: 4841
Inscription: Lun 1 Déc 2014 22:15
Localisation: Morsang sur Orge (91)
Sexe: Homme
VMA: 15,5
IE: -6,85

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede manumds le Jeu 30 Mai 2019 15:27

spikeb91 a écrit:Vous êtes des gosses ! :mrgreen:


:plus1: et du coup, j'ai perdu, ce que j'avais écrit
Avatar de l'utilisateur
manumds
Modérateur
 
Messages: 9542
Inscription: Mar 25 Sep 2007 11:46

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede Hermagot le Ven 31 Mai 2019 17:04

Et en 2020, tu fais quoi ? :siffle:
Me demande si l'ardoise #4 sera aussi chouette :love:
Et si j'en ramèneraiS une :oops:
Magoo
VU D' la DUV, aFFAiré @ FFA, MàD @ ADdM, sans entraves @ Strava
Avatar de l'utilisateur
Hermagot
Diogène de Sinope
 
Messages: 9111
Inscription: Lun 18 Mai 2009 18:13
Localisation: Grand-Est

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede manumds le Ven 31 Mai 2019 17:56

Pour rebondir sur les propos de Sergio concernant la course de rêve et la réponse de JBJ.
15 jours après, j'ai toujours du mal a réaliser ce que l'on a fait, j'ai beau voir mon ardoise, ma médaille et le béret sur ma cheminée et savoir qu'on l'a fait.
Une course de rêve, mais peut-on rêver mieux après être passé si près de la correctionnelle.
En toute humilité, j'aurai tendance a dire oui, même si cela est bien entendu que de la théorie.
Comment, en optimisant les arrêts aux ravitos, en mettant des affaires sèches a plus d'endroit durant la nuit, en bouchant ce trou noir de la nuit. J'attends avec impatience les temps des différents CP
Avatar de l'utilisateur
manumds
Modérateur
 
Messages: 9542
Inscription: Mar 25 Sep 2007 11:46

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede J2J le Ven 31 Mai 2019 18:17

manumds a écrit:Pour rebondir sur les propos de Sergio concernant la course de rêve et la réponse de JBJ.
15 jours après, j'ai toujours du mal a réaliser ce que l'on a fait, j'ai beau voir mon ardoise, ma médaille et le béret sur ma cheminée et savoir qu'on l'a fait.
Une course de rêve, mais peut-on rêver mieux après être passé si près de la correctionnelle.
En toute humilité, j'aurai tendance a dire oui, même si cela est bien entendu que de la théorie.
Comment, en optimisant les arrêts aux ravitos, en mettant des affaires sèches a plus d'endroit durant la nuit, en bouchant ce trou noir de la nuit. J'attends avec impatience les temps des différents CP

En en plus tu t’entraînes comme un nul! :rigoler: :rigoler:
Bon on a pas mal discuté ce matin et perso je pense :
- Prendre son temps aux ravitaillements sans trop abuser quand même,
- Gérer sa course et les aléas.
Il me semble que c'est ce que vous avez fait, non?
2 083,8 km, 195h13 en 2020 (17e/41) - 10,67 km/h
[ 3 030,2 km, 362h34 en 2019 (24e/47) - 8,36 km/h
C'est au pied du mur qu'on voit .... le pied du mur!!!!
Avatar de l'utilisateur
J2J
 
Messages: 7685
Inscription: Ven 16 Avr 2010 16:21
Localisation: Châtillon (92)
Sexe: Homme
VMA: 16,5

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede Xav le Ven 31 Mai 2019 21:38

manumds a écrit:J'attends avec impatience les temps des différents CP
Ca devrait plus tarder ...
Xav
 
Messages: 380
Inscription: Jeu 24 Avr 2008 21:17
Localisation: 12
Sexe: Homme

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede stef le Ven 31 Mai 2019 21:51

Xav a écrit:
manumds a écrit:J'attends avec impatience les temps des différents CP
Ca devrait plus tarder ...


Tu peux aussi voir sur les graphes (lien ci-dessous) les arrêts de chacun. Comme le graphe indique un avancement en fonction du temps, les traits horizontaux sont les arrêts aux stands. Plus le trait est long plus l'arrêt est long.
Les coureurs à gauche dans la liste sont cochables/décochables.
Bonne analyse

https://sw3.solustop.com/courses/suivi-ultrardeche2019-graphe
Avatar de l'utilisateur
stef
 
Messages: 211
Inscription: Lun 21 Jan 2008 21:57

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede spikeb91 le Ven 31 Mai 2019 22:17

Pour moi le pire des arrêts, c'est celui juste après BH3, on avait dit qu'on le zappait et on y a passé 20 minutes. On aurait pu y laisser la course :cartonJ:
En même temps c'est la faute aux bénévoles, qui étaient trop attentionnés et qui nous ont chouchouté dans une atmosphère aussi moite que bienveillante...
Sur l'U2B vous aurez des bénévoles intraitables :fouet: :fouet: :mrgreen: :rigoler:
1 300,2 km en 2020 30e/41
Avatar de l'utilisateur
spikeb91
Modérateur
 
Messages: 4841
Inscription: Lun 1 Déc 2014 22:15
Localisation: Morsang sur Orge (91)
Sexe: Homme
VMA: 15,5
IE: -6,85

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede J2J le Sam 1 Juin 2019 07:45

C'est peut-être cet arrêt qui vous a fait aller au bout?
2 083,8 km, 195h13 en 2020 (17e/41) - 10,67 km/h
[ 3 030,2 km, 362h34 en 2019 (24e/47) - 8,36 km/h
C'est au pied du mur qu'on voit .... le pied du mur!!!!
Avatar de l'utilisateur
J2J
 
Messages: 7685
Inscription: Ven 16 Avr 2010 16:21
Localisation: Châtillon (92)
Sexe: Homme
VMA: 16,5

Re: Ultr'ardèche 2019 - Je me suis offert une ardoise !

Messagede patate le Sam 1 Juin 2019 08:29

spikeb91 a écrit:Pour moi le pire des arrêts, c'est celui juste après BH3, on avait dit qu'on le zappait et on y a passé 20 minutes. On aurait pu y laisser la course :cartonJ:
En même temps c'est la faute aux bénévoles


Guillaume, vraiment aucune volonté
Quelqu'un (que je ne citerai pas) m'a dit que pour la binouze c'était pareil :trinque: :mrgreen:
Amicalement Noêl et tite patate et gros godo
729,0 km en 2019
1 169,9 km en 2018
923,7 km en 2017
877,5 km en 2016
1 359,8 km en 2015
1 254,7 km en 2014
1 794,0 km en 2012



http://backagain.over-blog.com
Avatar de l'utilisateur
patate
 
Messages: 4265
Inscription: Jeu 11 Oct 2007 06:17
Localisation: Montoir de Bretagne
Sexe: Homme
VMA: 16,0
IE: -7,40

PrécédenteSuivante

Retourner vers Courses ADDM

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité