"HR split" : la version trail du "negative split"

Modérateur: Equipe Courses et entraînement

"HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede aroche le Mer 7 Aoû 2013 09:39

Le concept de "negative split"est assez connu pour un coureur de marathon ou d'une autre longue distance sur route .

rappel pour ceux qui découvriraient ce mot barbare :
Courir en "negative split" sur une course consiste à répartir ( split) son effort pour augmenter son intensité et son allure sur la deuxieme partie .

Sur route on parle souvent de "negative split" en l'associant à la vitesse exclusivement " le split time"

Alors certes le "split time" est un indicateur interessant sur un marathon et facile à repérer puisqu'il s'agit de la différence entre le temps de la premiere partie de la course et le temps de la deuxieme.

si un coureur fait son premier semi en 1h 23 et le second en 1h25 cela donne 2' de split.
si un coureur réalise sur premier semi en 1h 23 et le second en 1h 22 cela donnera -1 minute, donc un split negatif de 1

Cela étant sur un marathon ou des grandes distances marche sportive certains cadors aiment bien partir dans le peloton pour accelerer vers le km 30 et ne plus les revoir .


Le "heart rate split " est plus significatif pour les trails , car là il s'agit de la différence de FC (heart rate) entre la FC médiane de la premiere partie de la course et la Fc médiane de la deuxieme partie.

Sur un trail technique avec de nombreuses monotraces ( ou en ski alpinisme) il est assez raisonnable tactiquement parlant de se caler sur un "split heart rate" en partant sur une allure haute sur les premières minutes puis on se cale légèrement en dessous de son potentiel pour "assurer" quitte à reprendre une intensité plus élevée sur la 2e partie

Un des maîtres du genre en ski alp reste Kilian Jornet ... mais son compère Didier Blanc un jour de grosse forme fait aussi pas mal dans le genre !!

Le but du jeu : on assomme d'entrée la concurrence et ensuite on y va au train quitte à remettre une couche sur la fin !
Bon facile à dire ...pas si facile à faire lorsque derrière on des cadors du circuit !!

Cela impose il va s'en dire à l'entrainement des séances spécifiques de travail de soutien de la charge lactique qui va rapidement dériver !
aroche
 

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede jbj le Jeu 8 Aoû 2013 16:05

aroche a écrit:Le "heart rate split " est plus significatif pour les trails , car là il s'agit de la différence de FC (heart rate) entre la FC médiane de la premiere partie de la course et la Fc médiane de la deuxieme partie.

Sur un trail technique avec de nombreuses monotraces ( ou en ski alpinisme) il est assez raisonnable tactiquement parlant de se caler sur un "split heart rate" en partant sur une allure haute sur les premières minutes puis on se cale légèrement en dessous de son potentiel pour "assurer" quitte à reprendre une intensité plus élevée sur la 2e partie

C'est compliqué le trail.
Dernière édition par jbj le Jeu 8 Aoû 2013 18:40, édité 1 fois.
Avatar de l'utilisateur
jbj
 
Messages: 11005
Inscription: Mer 14 Nov 2007 21:18
Localisation: 29

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede bottle le Jeu 8 Aoû 2013 18:13

Moi je fais du HR split différemment. Je pars doucement sur la 1ère moitié et je ralentis sur la 2ème :langue:
Arrétez avec les trucs compliqués en trail et KJ, déjà que JBJ :smack: n'aime plus le trail il va le détester maintenant. :pleurer:
Un petit 24h pour y reprendre goût ? http://www.24heuresdetrail.com/ :super:
bottle
 

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede jbj le Ven 9 Aoû 2013 08:24

bottle a écrit:Moi je fais du HR split différemment. Je pars doucement sur la 1ère moitié et je ralentis sur la 2ème :langue:
Arrétez avec les trucs compliqués en trail et KJ, déjà que JBJ :smack: n'aime plus le trail il va le détester maintenant. :pleurer:
Un petit 24h pour y reprendre goût ? http://www.24heuresdetrail.com/ :super:

J'ai couru la Western States, les Templiers, Guerlédan, le Golfe du Morbihan et même le Trail de la Penzé, on ne peut donc pas dire que je n'aime pas la course sur terrain naturel. C'est vrai que je n'aime pas l'évolution qu'a connu cette discipline en France et la récupération et les travers inévitables de tout effet de mode fulgurant. Je n'aime pas non plus quand je croise un jeune homme qu'il me semble avoir rencontré sur une course, que je lui demande : "Salut, tu fais de la course à pied, toi, non ?" et qu'il me répond : "Non, je fais du trail". Bref, j'aime pas l'esprit trail.
Avatar de l'utilisateur
jbj
 
Messages: 11005
Inscription: Mer 14 Nov 2007 21:18
Localisation: 29

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede JM77 le Ven 9 Aoû 2013 08:50

Il y en aura toujours pour qui la course à pieds est compliquée.....Je n'ai même pas réussi à lire l'intégralité du post...un peu comme le post sur les barres énérgétiques.... :fou:
Avatar de l'utilisateur
JM77
 
Messages: 607
Inscription: Mar 10 Avr 2012 17:40
Localisation: Lunel
Sexe: Homme

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede aroche le Ven 9 Aoû 2013 09:11

Il m'arrive assez régulièrement de ne pas lire l'intégralité de tous les actes de colloques sur la diététique sportive ....

Mais je me dis néanmoins que si certains ne s'étaient pas pris la tête probablement que je continuerai à m'éclairer à la bougie , probablement que n'aurai jamais été opéré de mes ligaments des genoux, et très probablement que mon fiston opéré du coeur ne serait plus de ce monde ...

Au final heureusement que des gens aiment ce qui est compliqué .... certains appellent cela la démarche du progrès ( en sens de progresser) ...

C'est cette démarche qui fait tu peux aller choisir ta paire de pompe qui te convient le mieux pour le trail
C'est cette démarche qui fait que tu peux choisir un sac à dos adapté à tes besoins en trail
C'est cette démarche qui te permet de trouver les vêtements les plus appropriés à tes trails

Au final tu as quand même du bol qu'il est ait des gars pour qui la course à pieds est compliquée :chinois:

Et de manière très provocatrice et complètement "brut de décoffrage" je me dis que la médiocrité c'est sans doute de ne jamais "provoquer ce qui est compliqué" ... :boom:

Quand un gars ou une fille me disent que la crème sport déjeuner leur permet à coput réduit de partir le ventre léger tout en évitant la fringale.... je me dis que j'ai bien fait de me creuser la tête (donc de tenter de résoudre un truc au départ compliqué !!!!!)

@ jbj :
J'adhère assez à ton ressenti sur l'effet "tendance" du trail .
Il suffit juste d'aller dans les magasins de sports pour comprendre l'effet marketing!
Cela étant ce sont les pratiquants qui font la pratique !
Lorsque je vais chez mes amis du Restonica trail et que je vois l'ambiance festive avec concert pour tous le soir de l'arrivée avec des traileurs cuits encore capable de danser ....et qu' un mois plus tard j'arrive sur l'UTMB en voyant des mecs rechercher frénétiquement le sac de leur maître Kilian ou mater les pompes du voisin en se disant qu'il est sans doute bien moins bon avec ses baskets décathlon je me dis que parfois le trail devient un grand cirque commercial .... mais peut-il en être autrement dans notre pauvre société de consommation ?

Le trail souffre de son propre succès.
Alors certes on fait dans le plus en plus long ( le fameux "ultra) mais en même temps on stoppe tout dès qu'il y a 15 cm de neige au sommet d'un col car bien évidemment on ne peut pas tout faire devant sur le sacro saint autel de la sécurité optimale.

Un jour peut-être on tracera sur les chemins de montagne avec une ligne blanche la marque idéale représentant la meilleure trajectoire , on enverra des petits bénévoles retirer les souches , les imperfections diverses et variées .... la montagne sera alors un stage !

Si les adeptes de trail sont d'abord là pour pratiquer un effort en montagne c'est à dire en pleine nature en milieu varié et variable ils le refuseront de voir leur terrain de pratique devenir un "grand stade" ...
Dernière édition par aroche le Ven 9 Aoû 2013 09:43, édité 1 fois.
aroche
 

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede JM77 le Ven 9 Aoû 2013 09:42

Chacun voit les choses avec son regard........Il est vrai qu'en 32 années de course à pieds,je n'ai jamais suivi un plan d'entraînement structuré et n'ai jamais été très pointilleux sur la diététique....Aurai je fait de meilleurs résultats en étant sérieux?...pas sur,car le plaisir n'aurait plus été au rendez vous.
Mais,j'admets facilement que certains cherchent à progresser par tous les moyens.Même illicites...
Mais certaines evolutions m'étonnent.
Exemple:Lorsque je vois un coureur de niveau très moyen ,voire faible,suivre un plan d' entrainement hyper précis ou s'intéresser de près au matériel(chaussures,maillots) ou à la diététique,je ne peux m'empécher de penser qu'il devrait simplement s'entrainer un peu plus et que les progrès viendraient tout seuls........
Donc,pour conclure,d'accord avec ton raisonnement,mais pour les coureurs de haut niveau....
Avatar de l'utilisateur
JM77
 
Messages: 607
Inscription: Mar 10 Avr 2012 17:40
Localisation: Lunel
Sexe: Homme

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede jbj le Ven 9 Aoû 2013 09:56

aroche a écrit:Cela étant ce sont les pratiquants qui font la pratique !
J'aime bien ton analyse et ce que tu dis est vrai. Sauf que, comme en religion, les pratiquants sont parfois aveuglés par leurs dieux et les grands prêtres. Le développement technologique du matériel est bien sûr un plus (je me souviens de mes galères des années 80 pour trouver un simple tee-shirt en coton à manches longues, portable pour courir dans le froid ; pour les jambes, je courais avec les collants jaunes en laine d'une copine). Mais ce développement technologique est lui-même récupéré et c'est cette récupération marketing qui me consterne.

Côté diététique, une nouvelle victime : http://www.lemonde.fr/sport/article/2013/08/08/dopage-l-athlete-francaise-alice-decaux-controlee-positive-a-un-supplementaire-alimentaire_3459322_3242.html. Même récupération marketing, "[les compléments alimentaires] c'est une démarche dopante sociétale. Cela représente par exemple un marché de plusieurs milliards de dollars aux Etats-Unis"
Avatar de l'utilisateur
jbj
 
Messages: 11005
Inscription: Mer 14 Nov 2007 21:18
Localisation: 29

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede aroche le Ven 9 Aoû 2013 09:57

JM77 a écrit:Chacun voit les choses avec son regard........Il est vrai qu'en 32 années de course à pieds,je n'ai jamais suivi un plan d'entraînement structuré et n'ai jamais été très pointilleux sur la diététique....Aurai je fait de meilleurs résultats en étant sérieux?...pas sur,car le plaisir n'aurait plus été au rendez vous.


Ton ressenti est loin d'être une généralité

On peut précisément suivre un plan structuré et en dégager du plaisir .
Je ne suis pas le seul coach ici sur le forum , d'autres pourront compléter mon propos ..
Mais je peux te dire que précisément c'est cette notion de plaisir qui est première chez les sportifs qui suivent un plan structuré , en effet s'il est correctement structuré un plan apporte fondamentalement de la variété en prenant en compte les besoins et le lieu de pratique du gars qui va le suivre , et il va en ce sens rompre avec une certaine monotonie consistant à sempiternellement réaliser les mêmes types de séances avec au final parfois une perte de motivation..

JM77 a écrit:Mais,j'admets facilement que certains cherchent à progresser par tous les moyens.Même illicites...

On appelle cela l'ambition et celle-ci peut tout à fait rester saine et respectueuse de soi et des autres .
Là encore on peut aussi savoir se donner des limites ...sans aller cocher la case dopage .

JM77 a écrit:Mais certaines evolutions m'étonnent.
Exemple:Lorsque je vois un coureur de niveau très moyen ,voire faible,suivre un plan d' entrainement hyper précis ou s'intéresser de près au matériel(chaussures,maillots) ou à la diététique,je ne peux m'empécher de penser qu'il devrait simplement s'entrainer un peu plus et que les progrès viendraient tout seuls........
Donc,pour conclure,d'accord avec ton raisonnement,mais pour les coureurs de haut niveau....


Un peu de tolérance est utile ...
Un sportif lambda qui choisit de s'appuyer sur un plan d'entrainement ou une collaboration avec un coach c'est aussi parce qu'il pense pouvoir trouver une motivation pour "mieux (et éventuellement plus) s'entrainer"
Cette démarche me semble pour le moins respectable et positive , elle n'a vraiment rien à voir avec le niveau du sportif !!

Lorsque je vois le nombre de posts sur les forums ou les uns et les autres ( rarement des tops 10 sur les course) exposent leurs déboires tendineux ou autres fractures de fatigue :cartonR: je me dis que parfois progresser passe par "s’entraîner moins ...mais mieux" :cartonV: !!
aroche
 

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede J2J le Ven 9 Aoû 2013 10:06

jbj a écrit:
aroche a écrit:Cela étant ce sont les pratiquants qui font la pratique !
J'aime bien ton analyse et ce que tu dis est vrai. Sauf que, comme en religion, les pratiquants sont parfois aveuglés par leurs dieux et les grands prêtres. Le développement technologique du matériel est bien sûr un plus (je me souviens de mes galères des années 80 pour trouver un simple tee-shirt en coton à manches longues, portable pour courir dans le froid ; pour les jambes, je courais avec les collants jaunes en laine d'une copine). Mais ce développement technologique est lui-même récupéré et c'est cette récupération marketing qui me consterne.

Côté diététique, une nouvelle victime : http://www.lemonde.fr/sport/article/2013/08/08/dopage-l-athlete-francaise-alice-decaux-controlee-positive-a-un-supplementaire-alimentaire_3459322_3242.html. Même récupération marketing, "[les compléments alimentaires] c'est une démarche dopante sociétale. Cela représente par exemple un marché de plusieurs milliards de dollars aux Etats-Unis"


J'aime bien tout ce qui a été dit et la récupération marketing est présente partout mais :
- Qui osera dire à un coureur lambda qu'une paire de chaussures à 50€ est suffisante alors qu'il a dans ses objectifs d'en vendre à 150€?
- Concernant Alice Decaux, attendons de savoir le fin fond de l'affaire : ce serait hyper grave qu'on trouve des amphétamines dans les compléments alimentaires... Je vais faire attention demain matin en prenant de l'eau au robinet!
3 286,1 km, 306h26 en 2020 (16e/42) - 10,72 km/h
[ 3 030,2 km, 362h34 en 2019 (24e/47) - 8,36 km/h
C'est au pied du mur qu'on voit .... le pied du mur!!!!
Avatar de l'utilisateur
J2J
 
Messages: 7845
Inscription: Ven 16 Avr 2010 16:21
Localisation: Châtillon (92)
Sexe: Homme
VMA: 16,5

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede JM77 le Ven 9 Aoû 2013 10:55

Effectivement,tout ce que j'écris n'engage que moi et n'est certainement pas l'avis général.....
Un dernier point qui aussi qui m'étonne.........
C'est le sempiternel "s'entrainer moins,mais mieux".
C'est la tendance depuis une vingtaine d'année.Les coureurs s'entraînent de moins en moins et soit disant mieux,pour diverses raisons(manque de temps,manque d'envie ou autre)....Mais ,je constate que les pelotons sont de moins en moins rapides....
Il y a trente ans,un marathonien en moins de 3 heures était un coureur ordinaire,maintenant,c'est un bon coureur.........Je veux bien que la moyenne d'age augmente et qu'il y a de plus en plus de coureurs "loisir",mais,peut être que cette baisse du volume est une cause également........
Avatar de l'utilisateur
JM77
 
Messages: 607
Inscription: Mar 10 Avr 2012 17:40
Localisation: Lunel
Sexe: Homme

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede aroche le Ven 9 Aoû 2013 11:29

Attention aux conclusions hâtives ...

On est sur un forum trail .... il y a 20 ans combien de trails en France ?
Combien de compétiteurs sur le cross du Mont Blanc il y a 15 ans ?
Combien de finishers à l'UTMB il y a 10 ans au regard du nombre d’inscrits, et combien aujourd'hui ?
Qui va moins vite : ceux qui structurent leurs entrainement aujourd'hui et se plaçaient au feeling avant ?

Autant de questions parmi des dizaines à se poser
Beaucoup trop d’incertitude pour partir sur des conclusions dans un sens comme dans l'autre !
aroche
 

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede JM77 le Ven 9 Aoû 2013 11:53

Effectivement,ce qui semble évident sur la route l'est moins sur les ultras trails,ou les coureurs semblent de mieux en mieux préparés....
Avatar de l'utilisateur
JM77
 
Messages: 607
Inscription: Mar 10 Avr 2012 17:40
Localisation: Lunel
Sexe: Homme

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede zyend le Ven 9 Aoû 2013 11:58

aroche a écrit: il est assez raisonnable tactiquement parlant de se caler sur un "split heart rate" en partant sur une allure haute sur les premières minutes puis on se cale légèrement en dessous de son potentiel pour "assurer" quitte à reprendre une intensité plus élevée sur la 2e partie

Comme sur un cross quoi. On part vite, on maintient un train élevé, et on finit vite.


Le but du jeu : on assomme d'entrée la concurrence et ensuite on y va au train quitte à remettre une couche sur la fin !

Un cross quoi.

Bon facile à dire ...pas si facile à faire lorsque derrière on des cadors du circuit !!

Ce genre de tactiques, partir vite, maintenir un train élevé et finir à fond les manettes n'est jamais facile.
Surtout si le dit coureur n'a jamais enfilé de pointes de cross de sa vie.


Cela impose il va s'en dire à l'entrainement des séances spécifiques de travail de soutien de la charge lactique qui va rapidement dériver !

Comme pour un entrainement cross quoi :siffle:

Comme quoi, comme j'aime à le dire, le cross est profitable à tous les profils de coureur, trailers, pistards, routards. Un incontournable pour tous les coureurs. Les meilleurs centbornards, dixbornards, marathoniens, semi-marathoniens et trailers font les cross :mrgreen:

Bon après tu peux coller effectivement l'étiquette "HR Split", dans la logique c'est le même esprit.

Z.

PS: c'est quoi l'esprit trail bordel ?
zyend
 
Messages: 661
Inscription: Mer 30 Mai 2012 21:00

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede bottle le Ven 9 Aoû 2013 12:49

jbj a écrit:J'ai couru la Western States, les Templiers, Guerlédan, le Golfe du Morbihan et même le Trail de la Penzé, on ne peut donc pas dire que je n'aime pas la course sur terrain naturel. C'est vrai que je n'aime pas l'évolution qu'a connu cette discipline en France et la récupération et les travers inévitables de tout effet de mode fulgurant. Je n'aime pas non plus quand je croise un jeune homme qu'il me semble avoir rencontré sur une course, que je lui demande : "Salut, tu fais de la course à pied, toi, non ?" et qu'il me répond : "Non, je fais du trail". Bref, j'aime pas l'esprit trail.


J'ai bien dit que tu ne l'aimais plus. :wink: Je n'ai fait aucune des courses que tu cites car elles ne m'attirent pas mais j'ai couru :wink: plus de 50 (ultra) trails en 10 ans de pratique. Je suis d'accord sur l'évolution de la discipline et des travers de certaines grosses organisations mais il ne faut généraliser. Il y a encore beaucoup d'organisation qui ont gardé la convivialité et où nous sommes qu'une grosse centaine au départ. Ce que je trouve bien c'est que le trail n'est pas figé à un format précis même si les fédérations voudraient le catégoriser (ça se dit ?). On y trouve de tout et pour tout les goût, des trails plats, des moins plats, des montagneux, des courts, des longs, des très longs, des roulants, des techniques, avec ou sans bitume, des trails urbains, avec étapes, des 24h, etc... Évidemment avec le nombre croissants de pratiquants tu vas croiser des types qui vont dire que la Saintélyon ou l'Urban Trail de Lyon ne sont pas des trails ou que la Ronda del Cims est une rando :mrgreen: ça alimente les forums mais l'important c'est que tout ça existe et qu'on puisse choisir selon ses envies, non ? Le coup du "non je fais du trail" je ne le connaissais pas :rigoler:
Je ne vais plus sur l'UTMB depuis 2008 (l'année où un jeune inconnu à gagner après 2 victoires consécutives de papy Olmo) car le système d'inscription m'a gonflé et qu'il y a vraiment trop de monde. Mais c'est une superbe course dans un cadre magnifique et je ne m'interdit pas d'y revenir un jour. Cette année 2 nouveaux ultras arrivent à Grenoble, l'UT4M et l'Echappée Belle, à une semaine d'écart fin Aout. Je serai au départ de l'UT4M le 23 aout avec 500 autres participants, ils ont fait le plein pour la 1ère c'est bien.
A Bientôt sur les chemins.
bottle
 

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede manumds le Ven 9 Aoû 2013 13:12

Bonjour a tous (car il n'y a que des intervenants),

J'adore l'esprit de ce forum et les echanges et celui-ci est loin d'etre denue d'intérêt.
C'est curieux, il a mis du temps a démarrer, mais la il est parti.
Il m'arrive de faire du trail, de l'ultra trail, bref les courses que je trouve interessantes pour diverses raisons, mais l'esprit trail n'existe pas tout comme tout d'autre esprit, même l'operation du saint esprit, c'est fu marketing :mrgreen:
Concernant les plans d'entrainements bien que pas forcement attire par ces derniers quelqu'il soit, be me feront pas forcement progresser, mais me permette et m'incite a etre structure et me force davantage a y aller.
Hormis cet etat de fait, si il m'est donne (dans un cadre legal) de mieux performer et de moins souffrir, il va de soi que je suis preneur.

A quoi servirait le dicton, c'est en forgeant qu+n devient forgeron, donc, je suppose que c'est en courant qu'on devient coureur (ca marche aussi pour le cross, le 10, le semi, le marathon, le 100 bornes, les courses par etape..
Avatar de l'utilisateur
manumds
 
Messages: 9544
Inscription: Mar 25 Sep 2007 11:46

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede teraflop le Lun 12 Aoû 2013 22:09

Il me semble que sur du trail trés long le HR split est de fait une limitation du corps
le coeur n'arrive plus à monter dans les tours au bout d'une certaine somme d'effort.

J'essaierai de vous retrouver l'interview du vainqueur de l'utlra du mont fuji de l'an passé sur ce thème.
teraflop
 

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede aroche le Mar 13 Aoû 2013 07:19

teraflop a écrit:Il me semble que sur du trail trés long le HR split est de fait une limitation du corps
le coeur n'arrive plus à monter dans les tours au bout d'une certaine somme d'effort.
.


Là tu abordes la problématique de la dérive cardiaque sur un ultra .

Elle est mécanique ....et quasi incontournable ....mais elle peut aussi se minimiser .

En effet on n'échappe pas à la règle incontournable de la perte de ses réserves en glycogène !
Cette perte des réserves s'accompagne d'une montée progressive de l'utilisation de la filière de la lipolyse et néoglucogenèse hépatique ( pour faire court nos stocks de graisse) ....

Hors de fait l'utilisation de la filière des graisses est beaucoup moins efficiente en terme d'énergie produite ...

optimiser son indice d'endurance
C'est en travaillant le soutien d'une forte oxygénation ( VO2) que l'on va développer un excellent indice d'endurance qui permet de tenir plus longtemps un bon % de VMA
( Plus techniqument parlant cela revient à tenir une fraction importante de son Vo2max ... ou encore une haut niveau de % de Fc max)


En trail l'analyse de la relation entre le % de FC max soutenue ) et le temps de soutien de ce % est un marqueur du niveau d'optimisation de l’endurance.

En CAP sur terrain plat l'association sera plus judicieusement %VMA / durée de course
en cyclisme la courbe sera % de PMA/ durée de course


Le coût énergétique

Si l'indice d'endurance avec le % de VMA tenue est important ce n'est pas le seul paramètre qui vient expliquer un bon contrôle de la dérive .
Il ne faut pas oublier non plus le coût énergétique de la foulée. Plus celui-ci sera faible (grâce à des qualités d'endurance de force et de capacité de VO2 notamment) plus on évitera une trop forte dégradation des qualités biomécaniques de la foulée .

le contrôle mental
Sur un ultra les facteurs mentaux sont déterminants ... il faut donc les optimiser pour savoir faire face à l'effet de "distraction" due à la monotonie qui peut s'installer, rester motiver, se concentrer sur ce que l'on a à faire disent certains spécialistes de la gestion mentale.

Cela peut par exemple passer par un permanent dialogue avec soi même ( ce que les spécialistes appellent "le monologue interne" ) pour ne pas décrocher , se donner une imagerie motrice, contrôler ses émotions pour rester dans du positif .....

dérive ultra trail.png
dérive ultra trail.png (192.12 Ko) Vu 5471 fois


Autre exemple ...mais là d'un traileur peu expérimenté qui ne maîtrise pas son allure sur le début de course en restant bien trop longtemps au seuil 2 avec pour conséquence une forte charge lactique qui se paye cash derrière !!
dérive trail_12.png
dérive trail_12.png (90.94 Ko) Vu 5459 fois
Dernière édition par aroche le Mar 13 Aoû 2013 07:44, édité 2 fois.
aroche
 

Re: "HR split" : la version trail du "negative split"

Messagede bottle le Mar 13 Aoû 2013 07:36

teraflop a écrit:Il me semble que sur du trail trés long le HR split est de fait une limitation du corps
le coeur n'arrive plus à monter dans les tours au bout d'une certaine somme d'effort.

J'essaierai de vous retrouver l'interview du vainqueur de l'utlra du mont fuji de l'an passé sur ce thème.


C'est Julien Chorier qui a gagné l'UTMF en 2012 voilà ce qu'il dit dans son CR :
" ... Les dernières ascensions se passent très lentement, musculairement je n’ai plus de force et le cœur est bridé à 110 (105 de moyenne sur les 24 derniers km…).La dernière
descente, très technique est un soulagement. ..."
Le CR complet : http://julienchorier.com/WordPress3/utmf-2012-race-report-%E3%83%AC%E3%83%BC%E3%82%B9%E3%83%AC%E3%83%9D%E3%83%BC%E3%83%88/
bottle
 


Retourner vers Trail

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité